AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Libre] Ces trésors dont personne ne veut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   Dim 27 Déc - 22:29

L'exploratrice s'était aventurée trop loin cette fois. Elle avait eu la patte légère après n'avoir pas pu sauter la clôture du jardin d'Eveline pendant une longue semaine. En effet, cette dernière, profitant de ses vacances, était restée cloîtrée dans son appartement à diffuser des cas de chiens tour à tour maltraités, abandonnés, sur-exploités, sur un réseau social bien connu, sortant Orage trois fois par jour, 5 minutes. Lorsque la Malinoise protestait, elle lui rappelait abattre un travail monstre pour sauver ses semblables, que se plaindre n'était pas une option pour la miss "j'ai le droit au sofa". Malheureusement, la chienne ne se satisfaisait pas du confort moelleux du vieil appartement de la quadragénaire. Elle ne trouvait plus le sommeil et perdait l'appétit faute de pouvoir se bouger. Alors, quand Eveline s'était enfin décidée à remplir le frigidaire, Orage n'avait pas attendu pour sauter la barrière du jardin et s'éloigner. Vu l'état de ce dernier, la chienne savait que les courses dureraient un certain temps, surtout qu'elle avait emmené ses prospectus de SPA et autres bonnes oeuvres destinées aux poilu(e)s égaré(e)s.

Franchement enthousiaste, pour ne pas dire ivre de liberté, la Malinoise ne s'était arrêtée que lorsqu'elle avait enfin sentie une vague de fatigue saine envahir ses pattes. En pleine croissance, l'animal avait toujours plus d'énergie, et cette fois, elle s'était enfoncée plus loin que jamais auparavant: aux frontières du monde "contaminé". Encore porté par son envie de découvrir ainsi que la fougue de sa jeunesse, la chienne avait continué son chemin, atterrissant finalement dans une ruelle ou des chiens sans collier l'avaient poursuivie. Si dominante soit-elle, Orage demeurait une seule personne contre au moins trois molosses n'ayant rien à perdre. Elle avait donc déguerpie droit devant, sans regarder les obstacles et encore moins marquer son chemin pour arriver dans cette grande décharge. Perdue, les oreilles rabattues sur le sommet de son crâne prouvaient que son arrivée en ces lieux n'était pas volontaire. Les pattes dans les ordures, la Malinoise regardait autour d'elle, plissant des yeux vainement pour apercevoir la sortie.

-Y'a quelqu'un ici ou quoi ? J'veux voler aucun territoire, justement, j'aimerais bien m'en aller...

Hélà-t-elle après de longues minutes d'errance sur le sol rendu instable par toutes les saletés jonchant le sol. Un vieux jouet couinant d'un air particulièrement sinistre la fit sursauter et enfoncer encore d'avantage sa longue queue entre ses pattes arrières. Elle regrettait le sofa moelleux de sa maîtresse, l'odeur douceâtre de l'appartement et l'ordinateur ronronnant accompagnement les petits reniflements d'Eveline qui pleurait sur un nouveau cas. Y compris les fourmis qui parcouraient alors tout son corps mort d'ennui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 61
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3/5
~~~~~AGILITÉ4/5
~INTELLIGENCE5/5
~~~~CHARISME1/5

Yasko
MessageSujet: Re: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   Dim 3 Jan - 22:34


Tu ne sais pas vraiment ce qui t'avait mené jusqu'à ce lieu qui jouait avec ton museau comme un vulgaire pantin, actionnant un à un les fils menant jusqu'à tréfonds du dégoût. Malgré ce que certains pourraient se mettre dans la tête, les Leashless n'appréciaient pas forcément tout ce qui était sale, répugnants et particulièrement repoussants, tu en étais même l'exemple même. Venir ici, pour toi, relevait presque du défi. Et pourtant, tu te trouvais là, au milieu de cet amas de détritus qui n'en finissait pas. Tu n'étais pas venu ici par envie, ni par hasard à vrai dire. Tes pas avaient voulu t'amener en ce lieu. La raison ? Tu l'ignorais parfaitement. Tu savais seulement que c'était l'un des lieux où l'on s'attendait le plus à voir surgir un imposant molosse ou bien un chien enragé défendant ardemment cet immondice. Sur tes gardes, tu progressais, l'âme en proie à la pensée. Dans ta tête se chamboulait pas mal de choses. Des souvenirs douloureux remontaient, lorsque tes pseudos anciens maîtres avaient décidés du jour au lendemain de te mettre dehors. Si tu avais à recommencer cette période de ta vie, tu ne leur aurais pas fait confiance. Ça non. Tu n'aurais pas espéré. Tu n'aurais pas tenté de les faire changer d'avis, de rester sur le perron. Tu n'aurais certainement pas récolté tous ces coups de pieds, de poings, tous ces lancers d'objet qui t'avait blessé doublement. C'était là la période la plus sombre de ton existence, celle que tu aurais aimé pouvoir changer. Les Hommes n'étaient que des pourris. Il ne fallait pas leur donner ce qu'il voulait, sinon, il vous reprenne tout, vous font du mal. Il ne faut pas s'attacher, sinon on souffre. Si seulement tu pouvais partager cette expérience avec quelqu'un. Que cette personne ne refasse pas la même erreur. Tu ne souhaitais à personne, mis à part peut-être à ces imbéciles de Kuties, chiens qui te répugnaient le plus au monde, de part leur manière stupide et dépourvues de sens. Maintenant, tu avais trouvé ta place. Toskel et les autres t'avaient accepté. Tout irait pour le mieux.  

« Y'a quelqu'un ici ou quoi ? J'veux voler aucun territoire, justement, j'aimerais bien m'en aller... »

Un large sourire apparu sur ton visage. Tu avais reconnu cette voix et cela t'enjouait de savoir cette personne ici. Vous n'étiez pas les meilleurs amis du monde, mais au moins, vous n'étiez pas en froid. C'était une connaissance plutôt positive, vous êtes dans le même bateau, même si elle n'a pas rejoint les Leashless. Ça fait un petit moment d'ailleurs que tu ne l'as pas vu. Tu ne l'avouerais pas, mais ça te fait plaisir de rencontrer quelqu'un dans cet endroit. En plus, tu allais pouvoir en profiter pour rigoler un peu. Lentement mais sûrement, tu avançais à travers les ordures, tendant l'oreille pour suivre les mouvements de la belle et trouver sa position. Avec un peu de difficultés et non sans faire de bruit, comme tu l'aurais voulu, tu te rapprochas du but. Te dressant au sommet d'une énorme butte de déchets, tu laissas ta langue pendre un moment. Tes yeux fouillèrent les lieux, tu sentais le soleil réchauffer ton dos. Tu finis par repérer l'objet de tes désirs, cette malinoise que tu avais déjà croisé quelques fois. Bombant le torse, tu grognas d'une voix très grave qui n'était pas la tienne :

« La sortie n'est pas par là ma grande. Tu ne trouveras ici que des ennuis. »


♒️ YASKO ♒️


Yasko aboie en #15597e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   Mar 5 Jan - 2:34

[HJ: j'ai sous-entendu qu'Orage t'avais finalement reconnu, si ça pose souci, dit-le moi, pareil pour le reste du rp. ]

Les oreilles légèrement grisées de la Malinoise se tournèrent en une fraction de secondes vers l'origine du bruit. Plus exactement de la voix de Stentor qui avait retenti dans toute la décharge. Son écho s'était diffusé tout autour de la chienne, se diluant dans les déchets. Les pattes engoncés dans ces derniers, Orage avait sentit les muscles de ses doigts se tendre puis se détendre successivement, la faisant ainsi labourer le sol meuble. Evitant les pires immondices de son mieux, la Malinoise esquissa quelques pas dans une direction, hésitante, avant d'en trouver une autre, la bonne. Malgré une certaine peur qui faisait frissonner sa fine peau sous son épais pelage crème, la chienne continuait de se diriger, tant bien que mal, vers la voix. Ses crocs du dessus, témoins de ses redoutables origines, descendaient jusque sur ses babines du bas. Elle ne pouvait pas fuir comme une couarde la queue entre les pattes. Malinoise, délavée certes, mais Malinoise quand même, Orage était décidée à faire honneur à sa race et à défendre sa vie face à un de ces chiens baveux traînant dans les parages. Sans foi ni loi, faisant des leashless des toutous de salon à côté disait-on.

-Ben descends justement mon petit, qu'on voit ça.

Lança-t-elle au hasard, agressive et dominante par défaut. La queue dressée à l'horizontal, les poils de son échine relevés, la chienne inspira longuement pour se donner du courage, tout en continuant de chercher la "voix" du regard. Sa reprise de souffle avait néanmoins eu pour effet de la forcer à flaire autre chose que les déchets sertis d'une simple odeur canine intruse. Encore surprise, la Malinoise perdit de son attitude bravache pour adopter un regard rond de surprise. Encore une fois, par petits coups, elle huma l'air, gravissant la colline de saletés, toujours d'avantage persuadée qu'elle connaissait la voix lui promettant des ennuis. Finalement, elle tomba museau-à-museau avec Yasko. De près, la forme noire et feu semblait nettement moins dangereuse en effet, et la chienne, heureuse de retrouver une connaissance amie se mit à remuer de la queue, lui pardonnant sa blague.

-Yasko ! Qu'est-ce que tu fiches là ? Moi, j'ai voulu explorer, me suis faite poursuivre et... Voilà, paumée. Yeurk, c'est dégueu. J'vais me faire tuer en rentrant. Ah oui, tu sais pas toi... J'ai une maîtresse maintenant. Sympa, mais pas de quoi en faire tout un plat. Je pense qu'elle va pas tenir, déjà qu'elle me sort pas...

Fit-elle d'un ton détaché de petite dure. Orage aimait bien Eveline, seulement vu la tournure des événements, elle craignait que cette dernière ne tienne pas le choc et l'abandonne. Bien sûr, ça la briserait, mais la chienne essayait de se faire une raison en se détachant le plus possible, surtout face à Yasko, un sans-laisse déjà abandonné par ses premiers maîtres, à son instar. Face à son aîné, la Malinoise avait toujours tendance à rouler un peu des mécaniques. Elle était plus jeune mais un peu dominante, du coup, elle se sentait forcée d'endosser le rôle de celle qui s'en moque, qui n'a peur de rien. Bref, la parfaite protectrice indépendante qui sait ce qu'elle fait... Même perdue dans une décharge.

-M'enfin bon, ça tombe bien que tu sois là, des fois je lui échappe, et je vous cherchais... Toi plus précisément, sans ta nouvelle bande là. J'voulais te refiler un peu de ma pâtée. T'sais. Puis avoir de tes nouvelles. Apparemment ça va.

La Malinoise n'avait jamais caché être contre le groupe de Toskel. Elle n'aimait pas ses manières de brute, et même errante, avait refusé de rejoindre une meute qui, selon elle, n'avait rien de solidaire. Tous aidaient Toskel, mais lui ne protégeait personne; Orage avait beau ne pas être une nordique, donc une spécialiste en meute, mais ce drôle de gars semblait encore moins en connaître la définition. Ca l'agaçait donc prodigieusement que Yasko, en quelques sortes un de ses protégés, se soit fait embobiné. Du coup, la Malinoise n'avait pas eu l'occasion de le retrouver en deux mois, car elle voulait absolument éviter Toskel, mais coincer un Leashless seul, c'était comme essayer de rencontrer un canin errant sans ses puces, pratiquement impossible. Bah, c'était rien, maintenant, elle allait pouvoir réparer ça. Persuadé que c'était possible, dans toute la candeur de sa jeunesse, Orage offrit un sourire à son camarade, contente au point d'avoir oublié l'endroit où ils étaient.

-Maintenant que je t'ai retrouvé, bon plutôt le contraire dirons-nous... J'vais te ramener par chez-moi, si je trouve la sortie, disons, mais une chose à la fois. T'attendras pas loin, et je te ramènerai de la bonne nourriture. Ca te dis ?

Comme ça, s'il était protégé, le gentil Yasko qu'elle connaissait n'aurait plus à traîner avec ces ordures vivantes qui n'avaient leur place que dans cette décharge, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 61
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3/5
~~~~~AGILITÉ4/5
~INTELLIGENCE5/5
~~~~CHARISME1/5

Yasko
MessageSujet: Re: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   Sam 9 Jan - 21:56


/!\ HRPG /!\ → Ne t'en fais pas, c'est parfait. Désolé pour le petit coup de blues de Yasko le petit lunatique si heureux ! :B

Tentant de garder tout ton sérieux, tu braques ton regard sur la chienne qui se trouve en contrebas. Heureusement que tu étais suffisamment loin d'elle pour garder cet aspect de sérieux, sinon, elle aurait vu ce petit rictus qui commençait à se former au bout de tes lèvres. Voir ses oreilles se tourner aussi rapidement dans ta direction lorsque tu articules, voir au loin son corps prendre une allure bien étrange, se tendre à son maximum pour finalement se détendre une fraction de seconde après. Voir ses pattes labourer étrangement le sol. Puis, la voir se rapprocher de toi, hésitante, mais mettant une patte après l'autre, esquivant les déchets. Cette attitude de chienne des villes, véritable toutou domestique te fit esquisser un peu plus ce sourire qui était né à l'embouchure de tes lèvres. Tu ne resterais pas à l'abri longtemps. Alors que ces premiers pas avaient été hésitants et dans le sens contraire à ta position, elle venait de s'arrêter et de faire immédiatement demi-tour. Et vous savez quoi ? Elle venait de prendre la bonne direction. Pas étonnant pour un toutou en fait. C'est le problème. Entre nous, ce n'est pas simple de se planquer. On a tous un flair d'enfer, à part les vieilles caboches qui ne sentent pas grand-chose ou les véritables chiens de salons qui ont oublié cette faculté, la remplaçant simplement par la vue, triste réalité. Erreur regrettable par la même occasion.  

« Ben descends justement mon petit, qu'on voit ça. »

C'était bien trop pour que tu gardes ton sérieux plus longtemps. La situation avec son lot d'humour, orna définitivement tes lèvres d'un large sourire. Tu retins un couinement enfantin, un gloussement débile qui serait bien ridicule. Sa voix portait son flot de messages. Des messages bien menaçant et bien acides. De loin, tu réussis à percevoir le mouvement de sa queue qui vint se dresser à la verticale par rapport au sol et en quelques secondes, elle semblait avoir prit du volume. Tu devinas ses poils hérissés et frénétiquement, tu ne pus que te sentir satisfait de ta blague. En l'espace de quelques secondes, la chienne devint un vrai chien et usa de son flair. Tu devinas sa surprise au loin, bien que les traits de son visage étaient bien flou, elle devait avoir senti quelque chose. Les chiens avaient ce flair redoutable que rien n'arrêtait. Elle sembla se détendre et c'est ce qui te mit la puce à l'oreille. Découvert. Tant pis. Dommage. Cela n'aurait pas duré longtemps. Le jeu était terminé. Puis la forme au loin se mit en mouvement et dans la bonne direction. Tu la vis gravir les déchets et après avoir disparu quelques secondes de ton champ de vision, elle apparue juste devant toi, pressant presque son museau contre le tien. Cette situation t'amusais définitivement et le sourire sur ton visage ne te lâchait plus. Tu vis la queue d'Orage se mettre à frétiller, signe qu'elle ne t'en voulait certainement pas. Il valait mieux ainsi, tu écartais les risques d'un combat au sommet. Après tout, les chiens de sa race étaient bien souvent pas très amical, toujours à se croire au-dessus et à vouloir faire plier les autres sous leurs décisions.

« Yasko ! Qu'est-ce que tu fiches là ? Moi, j'ai voulu explorer, me suis faite poursuivre et... Voilà, paumée. Yeurk, c'est dégueu. J'vais me faire tuer en rentrant. Ah oui, tu ne sais pas toi... J'ai une maîtresse maintenant. Sympa, mais pas de quoi en faire tout un plat. Je pense qu'elle ne va pas tenir, déjà qu'elle ne me sort pas... »

Voilà un bonjour très… énergique ? Tu t'empressas de la saluer d'un signe de tête amical. Orage avait toujours été relativement sympathique avec toi et bien droite. Vous vous étiez rencontré dans la rue, tout deux un peu dans le même manège. Sauf que voilà, elle avait refusé de te suivre pour intégrer les Leashless. Elle t'avait dit ne pas apprécier les méthodes de Toskel, pourtant toi, tu ne voyais pas d'inconvénient. Et voilà que maintenant, elle avait retrouvé un humain. Elle avait toujours eu confiance en eux, de ton souvenir. Elle en parlait souvent avec un détachement, en mettant une certaine distance entre elle et eux, mais tu savais que cela cachait une certaine part de fierté, du moins c'est ce que tu pensais. Alors, comme cela elle a trouvé une maîtresse. Cela faisait un moment que vous ne vous étiez pas vu, cela ne datait peut-être pas d'hier. Au fond de toi, tu étais heureux pour elle, mais tu avais peur. Peur de l'Homme. Peur de leurs réactions. Peur de ce qu'ils étaient capables de faire. Et même si tu ne l'avouerais probablement pas de si tôt, tu appréciais tout de même Orage, malgré sa jeunesse, sa fougue, son surplus d'énergie, que tu avais aussi, son côté moulin à parole, un peu comme toi aussi non ? Et puis son petit côté petit teigne, sa volonté de toujours jouer à la Cheffe, cela te faisait rire d'ailleurs.  

« M'enfin bon, cela tombe bien que tu sois là, des fois je lui échappe et je vous cherchais... Toi plus précisément, sans ta nouvelle bande là. J'voulais te refiler un peu de ma pâtée. T'sais. Puis avoir de tes nouvelles. Apparemment ça va. »

Ah ? Tu fus quelque peu surpris par cet aveu. Tu cédas à la tentation et remuas ta queue, frénétiquement. Tu étais toujours touché que quelqu'un pense à toi, te cherches et ait en plus le courage de l'avouer. Cela te réchauffait le cœur. C'est vrai que chez les Leashless, on n'avait pas l'habitude de ce genre de rituel. Vous étiez une bande de dur, il n'y avait pas de temps pour cela. Dans la rue c'était comme cela, il fallait être fort, sans pitié, presque sans sentiment pour pouvoir s'en sortir au mieux. Tu n'avais pas été capable d'avoir tous ses traits, mais tu aspirais à devenir aussi puissant que le grand Toskel, l'Alpha. Il était ton modèle depuis que tu avais perdu foi en l'Homme. Lui était puissant. Il ne reculait devant rien. Et puis, il avait tout ce qu'il voulait de n'importe qui. Tout le monde le craignait et le respectait. Il avait réussi dans la vie. Pas comme toi. Tu n'étais qu'un minable. Minable. Ridicule. Pour la première fois depuis ta rencontre avec Orage, tu perdis ton sourire. Tu n'avais rien réussi dans ta vie, vraiment rien. Ton regard tomba sur tes pattes qui te semblaient soudainement peser une tonne chacune. Faible. Rien de bien. Toute trace de bonne humeur semblait avoir quitté ton corps. Ta queue s'était arrêtée d'elle-même et tombait mollement sur le sol jonché de déchets.

« Maintenant que je t'ai retrouvé, bon plutôt le contraire dirons-nous... J'vais te ramener par chez moi, si je trouve la sortie, disons, mais une chose à la fois. T'attendras pas loin et je te ramènerai de la bonne nourriture. Ça te dit ? »

Incapable de trouver ta propre nourriture ? Elle te pensait comme cela ? Tu avais toujours été capable de te débrouiller. Il le fallait bien. Une lueur bien sombre dansa dans ton regard. Ce même regard que tu posas sur Orage. Elle avait été sympathique, mais dans l'état des choses, tu te sentais bien plus offensé que tu n'aurais dû l'être. Aveuglé par je ne sais quel mal, tu te redressas, droit comme un piquet, tes yeux se plantèrent dans ceux de la chienne et animé par un mal qui te gagnait de plus en plus, tu grognas presque.

« Vraiment content que tu aies trouvé un gentil petit humain pour subvenir à tes besoins. Mais je suis capable de me débrouiller tout seul, j'ai pas besoin de ta pâtée immonde de chien domestique, accroché aux bottes de son humain. »


♒️ YASKO ♒️


Yasko aboie en #15597e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   Dim 10 Jan - 1:13

[HJ: Aucun souci ! What a Face J'espère que le topic te plaît en tout cas.]

Au fur et à mesure que la queue de Yasko s'abaissait, celle d'Orage suivait le mouvement, frôlant ses pattes avant d'y rentrer brusquement. En effet, le ton de son camarade venait d'achever de la surprendre. Les oreilles désormais plaquées sur le sommet de son crâne, la tête légèrement penchée sur le côté et un regard aussi porteur de tonnerre que son prénom la chienne accompagna les derniers mots de Yasko d'un grondement sourd. Ce dernier avait beau être un bon ami, il n'était pas assez proche pour que la Malinoise lui permette un tel débordement, d'ailleurs, même quelqu'un de sa famille -à supposer qu'elle en aurait une- n'en aurait pas le droit. Orage exigeait un respect égal à celui qu'elle offrait.

-T'as l'air d'oublier à qui tu causes mon petit

-fit-elle en reprenant l'expression utilisée auparavant. Tout aussi sérieuse, y compris maintenant qu'elle connaissait l'identité de son interlocuteur. Yasko serait-il devenu fou ? Après une petite farce pour laquelle la chienne avait eu la délicatesse de ne pas lui tenir rigueur, le voilà soudain de bien mauvaise humeur, en train de l'insulter.

-Juste qu'on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a. Et t'es pas au-dessus du reste. Si un humain t'avais pris et te tapais pas... Toi aussi tu resterais avec. Ou alors t'es jaloux ? Sache dans ce cas que c'est pas tout rose non plus. Si ça peut te rassurer, je m'éclate pas non plus spécialement. Mais ça me soûle de te préciser ça franchement, car je croyais que t'étais du genre à être heureux de savoir tes amis dans une meilleure situation. Moi j'voulais pas me vanter, juste t'aider.

La Malinoise énervée esquissa quelques pas, tête engoncée dans les épaules. Ses longs crocs du haut descendant jusqu'à ses babines étaient désormais visibles bien qu'elle n'attaque pas non plus. N'importe quel chien un tant soit peu stable évitait au maximum les combats, sachant que les dégâts pouvaient mener directement ou indirectement à la mort. Surtout dans la rue.

-Mais qu'est-ce que j'espérais d'un Leashless ? Ça y est t'es monté en grade ? Tu adoptes leur manière ?

Orage souligna ses mots d'un jappement agacé. Yasko, tenant du beauceron, était un chien râblé. En plus c'était un mâle, mais elle était une Malinoise, un des meilleurs animaux de défense qui soit et elle n'avait pas froid aux yeux face aux chiens. Si le noiraud était réellement devenu instable, si l'intimidation n'avait pas fonctionné et qu'il cherchait la guerre, il la trouverait. Mais quand même, c'était triste. Orage était aussi démunie que triste dans le fond.

-Yasko... Je ne sais pas ce que j'ai dit de mal, mais c'était pas voulu. J't'aime bien tu sais, deviens pas comme eux.

Tenta la chienne, un léger gémissement de peine et de déception jaillissant derrière son grondement bas mais continu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 61
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3/5
~~~~~AGILITÉ4/5
~INTELLIGENCE5/5
~~~~CHARISME1/5

Yasko
MessageSujet: Re: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   Sam 16 Jan - 19:02


La douleur gagnait du terrain. Cette impression de ne rien avoir réussi, d'avoir échoué à tout. Tu ne valais guère mieux que cette chienne au final. Peut-être même qu'elle avait mieux réussi que toi. Eh bien oui ! Elle au moins n'avait pas peur des humains, jamais ils n'avaient levé la main sur elle, peut-être est-ce qu'il te frappait parce que tu étais un mauvais chien, un nuisible, après tout, ce n'était peut-être là que de la sélection naturelle. On ne survit que si l'on est assez fort pour cela, sinon on est éliminé. Ils avaient peut-être choisi de t'éliminer. Mais alors par quel biais est-ce que tu t'en étais sorti ? Oh tu pouvais bien faire comme si de rien n'était, au fond de toi, cette impression de n'être rien grandit, croit et prend beaucoup de place dans ton âme à cet instant précis. Les yeux rivés sur la chienne, tu pus voir que tes paroles eurent de l'effet. Sa queue auparavant si haute, cette attitude de dominance, la quitta presque aussi rapidement que le malheur s'était abattu sur toi. Tu la vis la hisser entre ses pattes. Avait-elle peur de toi ? Avais-tu réussir à soumettre cette chienne à ta volonté ? Toi le raté, celui qui n'avait jamais rien réussi. Ce n'était pas possible. Bien qu'aveuglé par ton mal, tu pus lire de la surprise dans les yeux d'Orage. Puis, vint le moment de vérité, celui qui te confirma bien que tu n'avait réussi à rien du tout à part t'attirer ses foudres. Ses oreilles se rabattirent sur son crâne et lorsque tes derniers mots vinrent heurter ses oreilles, un grognement sorti de sa gorge. Peur ? Pas du tout. En ces moments, tu n'avais pas peur. Ta naïveté prenait le dessus sur toi et semblant avoir oublié tout danger de se frotter à un autre canidé de cette envergure, tu ne tremblais même pas.  

« T'as l'air d'oublier à qui tu causes mon petit. Juste qu'on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a. Et t'es pas au-dessus du reste. Si un humain t'avait pris et te tapais pas... Toi aussi tu resterais avec. Ou alors t'es jaloux ? Sache dans ce cas que c'est pas tout rose non plus. Si ça peut te rassurer, je m'éclate pas non plus spécialement. Mais ça me soûle de te préciser ça franchement, car je croyais que t'étais du genre à être heureux de savoir tes amis dans une meilleure situation. Moi j'voulais pas me vanter, juste t'aider. »

Le mal t'aveuglait encore et ces paroles ne heurtèrent pas ton cœur. Leur signification fut dénudée par ce mal qui te rongeait. Ce qui prenait l'ascendant sur le bien, sur ta joie de vivre habituel. Rabaissé à ce que tu étais réellement, c'est une part bien sombre de toi qui t'animais. Oublier à qui tu parlais ? Cette chienne qui t'avait donné quelques coups de mains lorsque tu n'avais par ailleurs pas demandé, se pensait-elle supérieure à toi ? Est-ce qu'elle l'était ? Dans ton état d'esprit actuel, tu le pensais. Tu n'avais même pas réussi à être plus doué que cette femelle, plus jeune que toi pourtant. C'est comme si une lame te pénétrait à multiple reprise lorsqu'elle joua avec ton passé. Oui, les Hommes t'avaient fait du mal. Ils ne valaient pas la peine qu'on s'intéresse à eux. Ils n'aiment les chiens d'un court instant. Tu l'avais compris avec ces gens-là. Ils étaient gentils, mais qu'au début. Ah oui, on veut de toi parce qu'on est tout petit, tout mignon, un chiot quoi. Puis après, quand tu grandis, qu'on se rend compte de la taille que tu vas avoir, de ton caractère, de tes besoins, de l'énergie que tu as toujours, bah les petits jeux ne les font plus rires, tes mimiques ne les attendrissent plus, tes bêtises ne les amusent plus, non. Tout ça, ils l'ont balayé d'un revers de main, ils ont pris des résolutions. Ils ont commencé par te faire souffrir, faire perdre toute confiance en l'être humain. Ah oui, ça tu pouvais le compter le nombre de fois où il t'avait donné à manger lorsqu'ils ne voulaient plus de toi. Le nombre de coups ? Tu avais commencé à en faire le compte, mais tu t'étais perdu dans l'infini. Les cicatrices sur ton corps, tu ne les comptais même plus, sans parler de celles présentent dans ton âme. Totalement brisé, mis en lambeau par l'humanité. Voilà ce que tu étais devenu. Une loque. Un moins que rien. T'aider ? Est-ce qu'elle proposait de t'aider ? Non. Ce n'était pas une aide. Elle avait pitié. Voilà la vérité. Et Toskel l'avait dit. La pitié, c'est pour les faibles. On ne doit pas avoir pitié dans la rue, sinon on crève. Est-ce que tu veux crever ? Non, pas pour le moment. Acceptes-tu la pitié ? Non. Le mal gagne tout ton corps. Les souvenirs qui remontent continue de te marteler l'esprit dans cette direction, dans cette perspective d'avoir échouer à tout.

« Mais qu'est-ce que j'espérais d'un Leashless ? Ça y est t'es monté en grade ? Tu adoptes leur manière ? »

Faible. Vraiment faible. Trop faible. Tes pattes tremblèrent. Tes yeux s'embuèrent. Tu étais bien un Leashless, mais la portée des mots de la chienne te taraudas le cœur. Les Leashless pour toi était l'idéal. Tu ne pouvais atterrir nul par ailleurs que chez eux. Eux, ils étaient libres, fiers. Il est vrai que tu ne leur ressemblais pas. Tu n'avais pas la carrure d'un Leashless. Pourquoi Toskel avait accepté un tel chien ? Et pourquoi est-ce que tu pensais pouvoir devenir un membre d'excellence des Leashless ? Tu n'avais aucune chance. Tu devrais te résoudre à accepter la solution de facilité de cette chienne. Accepter sa nourriture, pour survivre. Mais dans quel but ?

« Yasko... Je ne sais pas ce que j'ai dit de mal, mais ce n'était pas voulu. J't'aime bien tu sais, deviens pas comme eux. »

Le mal trouva un adversaire de taille en Orage. La petite femelle rusait pour le combattre depuis le début et avec ses mots doux, le coup de blues impressionnant dont tu avais subi l'assaut s'allégeait. Il devenait de plus en plus léger jusqu'à disparaître presque totalement, laissant simplement un énorme voile de tristesse dans ton regard et une incompréhension totale. Le sentiment de n'être rien continuait de vivre, mais s'était tapit plus profond en toi et tu te demandais ce qui t'avait pris. Les yeux embués, les pattes flageolant toujours sous l'effet de la colère que tu avais ressentie, colère simplement portée sur toi, qui avait néanmoins touché plus de monde que tu ne l'avais voulu. Tenant debout par tu ne sais quelle magie, tu parvins à baragouiné.

« Inutile. Rejeter cette idée. Rejeter pas question de l'être. »

Puis, tes yeux trouvèrent ceux enragés d'Orage.


♒️ YASKO ♒️


Yasko aboie en #15597e
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   Lun 18 Jan - 2:37

Yasko semblait en transe. Il ne réagissait pas, ou tout du moins étrangement. Interpellée, Orage décrivit un demi-cercle pour regarder s'il n'avait pas une tique particulièrement tenace accrochée au derrière. Mais non, rien, le Leashless était plutôt sain, physiquement en tout cas, pour un animal des rues. Revenant se poster devant ses yeux, la Malinoise s'ébroua, puis tendit sa patte vers lui. Elle toucha son poitrail puis se rétracta, sa tête se penchant sur le côté tandis qu'elle tâchait de réfléchir aux paroles incompréhensibles de son camarade.

-Nié ? Tu baragouines quoi ?

Le bout de la queue remuant légèrement en signe d'hésitation, la Malinoise finit par choisir de répondre ce qu'elle pensait, autant faire de son mieux.

-Je te comprends, tu sais. Moi aussi les humains m'ont tapé dessus
-Son poil se hérissa violemment lorsqu'elle repensa aux décharges électriques reçues.- bon toi j'sais pas à quel point, tu m'as jamais trop raconté, mais voilà, juste pour dire que c'est pas facile... Mais y'en a des pas trop mal. Genre la mienne là, elle fait pas les trucs comme il faut, pourtant elle tape pas et elle a toute une clique de comme elles... En fait elle récupère même les chiens de la rue pour les soigner, ça paraît fou mais elle l'a fait pour moi et des tas d'autres qui sont venus dans son appartement quand j'y étais. Ensuite j'en ai revu certains avec d'autres deux pattes à qui ils avaient été donné, après être soignés quoi... Et ils allaient bien, j'te jure. Après si tu veux pas d'humain, c'est ton choix quoi, et je comprends aussi. Mais tu vaux plus que ces vauriens de Leashless. Sérieusement Yasko. Tu le vaux.

Acheva la chienne en articulant bien ces mots. A ses yeux, le croisé beauceron était meilleur que la racaille qui se plaisait dans les ordures, déshonorant les animaux réellement dans le besoin. Combien de fois avait-elle été chassée du seuil des terrasses car son statut de chienne errante la condamnait forcément à être une de ces terribles sans collier ? Ceux qui ne demandaient rien portaient désormais sur leurs épaules, le poids du préjugé des hommes, entièrement made in Leashless. Toskell était un gros lâche à ses yeux, vivant bien caché dans le luxe. Il donnait raison aux abrutis d'humains qui scandaient que les chiens étaient dangereux pour leurs bambins, salissant cette race normalement intelligente et respectueuse. Pourquoi ne pas juste cohabiter ? En s'évitant si nécessaire, mais sans se taper dessus, et surtout sans que des personnes de votre propre race vous condamne au mauvais rôle.

-Allez montre-moi la sortie, les ordures nous montent à la tête, va savoir le poison qu'il y a là-dedans. Ah une chose est sûre, les hommes sont dégoûtants, aucune hygiène.

Assura la canidé en relevant une patte arrière pour se lécher convenablement le petit "troulala".

-Ce serait bien de prendre l'air. Du vrai air j'veux dire. Allez viens, on va se promener, ça te tente ?

Acheva la chienne forçant légèrement sa voix pour paraître optimiste. Son ami l'avait certes insulté mais bon, il allait mal, elle ne pouvait pas le laisser comme ça quand même. Elle n'était pas un humain quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Libre] Ces trésors dont personne ne veut   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Libre] Ces trésors dont personne ne veut
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vie est un jeu dont personne ne sortira vivant.
» tout le monde veut aller au paradis, mais personne ne veut mourir ( Sam )
» Manger ce qu'on veut... Zermati pour les enfants ?
» Motricité libre et position assise
» eau libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pawprints :: { Quartiers pauvres } :: Décharge puante-
Sauter vers: