AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Féminin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3/5
~~~~~AGILITÉ2/5
~INTELLIGENCE4/5
~~~~CHARISME4/5

Alambre
MessageSujet: Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"   Sam 23 Jan - 16:05

ça fait des années que j'ai arrêté de rp, je m'y remets tout juste pour retenter parce que ça me manque alors soyez infulgeeents pls <3  

▬ Alambre

la base

Âge ▬ 4 ans
Sexe ▬ Femelle
Orientation sexuelle ▬ Panromantique asexuelle /GO GO GOOGLE IT/
Groupe ▬ Leashless
Race▬ Berger du Touch
Lignée ▬ Kedal
Spécialité ▬ Recherche utilitaire
Statistiques (vu qu’elle est Sans Race Fixe, je suppose qu’elle a 13 points au total ?)
Puissance : 3/5
Agilité :  2/5
Intelligence : 4/5
Charisme : 4/5


ça se corse !

Caractère:


    - La première impression -


Approchez-vous de trop près et apprêtez-vous  à vous faire recevoir. Alambre est brusque et menaçante, elle se veut impressionnante par sa posture et son attitude, toujours très haute, toujours écrasante. Avant même d’avoir prononcé un mot, elle tyrannise le plus faible et le force à la craindre. Tyrannique, elle veut tout contrôler, tant l’approche de ses congénères et des humains que leurs faits et gestes. Irascible, elle sanctionne immédiatement tout ce qu’elle considère, dans son esprit tortueux, comme un écart aux règles qu’elle a tacitement fixé, et que l’autre ne peut jamais saisir.
Cette attitude lui a valu la qualification de chienne « réactive » aux autres chiens et aux humains, mais elle ne peut rien faire pour changer.
Mais elle n’est pas belliqueuse, n’ayant jamais été jusqu’à la morsure. Elle se bagarre, mais ne se bat jamais de son plein gré, car le fondement de son agressivité est la peur. Une peur si glaçante qu’elle paralyse ses sens et la pousse au vice. Elle la pousse au combat, qu’elle ne mène jamais contre un individu mais contre la situation anxiogène qu’il installe par sa présence. Alambre est gangrenée d’une anxiété sans nom et sans objet, sans cible ni sujet. Elle lutte et frappe à l’aveugle, cherchant à éteindre cette émotion paralysante, et écarte tout potentiel combustible qui pourrait le raviver. Elle voit ce combustible en chacun d’entre vous, chiens et humains, sources possibles de danger et de douleur. Elle ne voit jamais, au premier abord, que ce qui fait de vous un prédateur, un tueur, un menteur.


    - La relation s’installe –


De la persévérance sera nécessaire pour gagner une relative confiance de sa part. Si sa défiance n’a d’égale que son amour du contrôle, les deux reposent sur son naturel fondamentalement craintif. Toujours vigilante, il faudra du temps et de la patience avant qu’elle n’accepte votre présence proche et régulière. Elle restera d’abord sur ses gardes, plus docile et conciliante, mais susceptible de vous éloigner violemment au moindre écart.
Certains humains ou chiens dérogent cependant à cette règle et réussissent à faire fondre comme neige au soleil la peur glacée qui l’emprisonne. Ces êtres élus sont de deux types, ceux qu’elle a connu étant chiot, alors alerte, joueuse et insouciante et avec qui elle a construit une relation de confiance mutuelle, et les arrivistes, qui part leur caractère et leur attitude très particulière réussissent à la charmer immédiatement en désamorçant son anxiété. La première catégorie a disparu de son champ de vision après le drame, quant à la deuxième elle est si rare que ce genre de rencontre est une véritable épiphanie.


    - Vous avez de la chance… –


Vous découvrirez une chienne joueuse et volontaire, presque charmante, presque adorable. Maladroite mais affectueuse, elle est aussi impatiente qu’avide de reconnaissance. Elle joue pour le plaisir simple qu’elle y trouve et cherche volontiers le contact. Cependant, son anxiété dormante voudra toujours qu’elle soit initiatrice de tout, jeu, conversations, contacts. Le contraire la crispera dans le meilleur des cas, déclenchera une réaction agressive disproportionnée dans le pire.
Alambre reste néanmoins volontaire et intrinsèquement féale. Exclusive même, elle protègera ses acquis, qu’ils soient canins, humains, animés ou inanimés, à grands renforts de démonstrations musclées. Tous crocs dehors, elle agresse et fait fuir. D’aucun dirait qu’elle est protectrice, d’autres qu’elle est dominante. Elle peut ressentir le besoin de protéger, mais elle n’est fondamentalement rien de plus que terrifiée à l’idée de tout perdre.
La bringée est défaitiste et pessimiste. Elle se décourage vite, souvent avant même d’avoir essayé. Elle en est partiellement consciente, et un sentiment de frustration s’ajoute souvent à un manque profond de confiance en elle. Mais elle est franche, tant dans ses mots que dans sa relation, une fois que vous en établissez une.  


    - La meilleure défense, c’est l’attaque –


Alambre n’est qu’apparence. Elle gronde et agresse, semblant exsuder une confiance en soi écrasante et un charisme asservissant, mais cela ne masque qu’une terrible peur du monde.
Alambre est une racaille de la rue, insolente, méprisante, agressant tout ce qui croise sa route, pour mieux se protéger du monde qui l’agresse en retour. Elle ne sait ni fuir ni défendre sa position, il ne lui reste que l’agression, seule forme d’interaction qu’elle aura avec un inconnu.

Histoire:

Un caniveau, visqueux, humide, froid. Depuis qu’elle s’y trouvait, elle se fondait dans le décor : visqueuse, humide et froide. Son poil encore duvet englué de la saleté humaine. Un mois qu’elle avait passé les portes de ce monde, et elle se trouvait devant à nouveau pour les franchir dans l’autre sens. Elle ne comprenait pas, le froid, la faim. Seule la douleur sonnait à ses oreilles comme une sirène que ne veut pas se taire. Elle hurlait et hurlait à ses oreilles, brouillait sa vue, raccourcissait son souffle, devenu rauque et sifflant. Son œil gauche pleurait des larmes infectieuses qui salissaient sa joue noire. Sa tête retomba dans la marée gluante du caniveau que la pluie gonflait, et le noir engloutit tout. Elle ne perçu pas les bras qui la soulevaient, humide et suintante, pour la mettre au sec, au chaud, à l’abri.

Elle jappait d’impatience devant la gamelle qui peinait à se remplir, du fait des gestes exagérément lents du bipède qui lui offrait le gite et le couvert. Elle était au sec, au chaud. Son estomac serait bientôt plein, elle irait alors s’endormir, peut-être après avoir quémandé une caresse et mordillant quelque chausson ou manche. Sereine.

Pour autant qu’elle se souvienne, c’était la première fois en 2 mois d’existence qu’elle montait dans un engin roulant, pourvu de sièges. Il empestait la cendre et le tabac froid, la nourriture avariée, le parfum et la menthe. Elle s’y sentait nauséeuse, vacillant sur les sièges arrière pendant tout le trajet. Le bipède avait pourtant insisté pour qu’elle y monte, mais elle en ignorait la raison.
L’engin s’arrêta avec son roulement infernal, et ne lui vint que l’envie irrépressible de sauter au dehors aussitôt que la porte s’ouvrirait. La bipède en avait décidé autrement et l’attrapa au vol avant même qu’elle ne pose une patte sur le bitume.

Elle la porta jusqu’à une cage, métallique, grande comme l’une des caisses de rangement qui gardait les saintes chaussures en cuir, et l’y déposa par une porte latérale. Malgré le carton qui le recouvrait, le sol y était froid et ses barreaux saillants. L’endroit ne lui plaisait pas, elle jappa alors que la bipède se retirait, sans un regard en arrière, seulement un hoquet. Elle se retira dans une pièce éclairée, scellée entre 4 murs de l’autre côté de la ligne goudronnée qui séparait sa cage des bâtiments qui l’abritait. Alors que son esprit tentait de comprendre, elle prit conscience du bruit qui bourdonnait à ses oreilles et engourdissait ses autres sens. Elle prit conscience de l’odeur, musquée, humide et froide. Elle se souvint du caniveau, mais bien plus peuplé cette fois. Des bêtes, à 4 pattes, aboyaient et jappaient comme elle était capable de le faire, incessamment, mécaniquement. Ils réclamaient et réclamaient encore, ils se battaient contre ce qu’elle ne pouvait encore concevoir : la solitude. Une solitude collective si intense qu’elle se nourrissait de d’elle-même.  

Une autre l’avait rejointe, une femelle labrador au pelage noir comme le sien. Elle était d’un optimisme bruyant. Elle contrastait tellement avec la rage désespérée des âmes en peine qui étaient confinées là depuis trop longtemps, dans ces cages empilées, dans ces boxes froids et glissants. Alambre – car c’était de cette façon que la bipède avait sonné l’heure de la soupe les quelques jours précédents – ne savait si elle aimait ou détestait l’autre. Sa présence mettait ses nerfs à vifs mais assourdissait son angoisse. Avec elle, elle apprit à ignorer les aboiements des autres et leur désespoir non dissimulé. Elle apprit qu’à l’intérieur de cette cage de métal, le monde extérieur ne pouvait l’atteindre, ni en bien ni en mal. Elle ne comprenait pas et n’aurait jamais pu comprendre, à deux mois, le chemin tortueux qui l’avait mené du foyer chaleureux d’une famille d’accueil à la cage étriquée et froide du refuge pour lequel la famille travaillait, en plein mois de novembre.

Touchée par la grâce qui baigne naturellement les chiots, elle n’eût cependant pas longtemps le loisir de s’interroger davantage. Une femme vînt accompagnée de sa fille, au regard doux et au sourire engageant. Elle discuta avec la dame qui l’avait accueilli quelques jours auparavant, tandis que la fille accroupie en face de la cage, la regardait. Son regard oscillait entre la labrador, qui témoignait bruyamment son enthousiasme tout en l’écrasant contre le fond de la cage. Mais la jeune fille finit par se concentrer sur elle, un air déterminé plaqué sur le visage. Ce regard la mettait mal à l’aise, elle ignorait le comportement qu’elle devait adopter. Se trémousser en suivant l’exemple de sa colocataire ? Ou bien, garder sa position méfiante et apeurée, au fond de sa cage, comme elle le faisait depuis le début ? La dernière option sembla marcher pour la jeune fille, qui après un court échange avec celle qui paraissait chargée des lieux, ouvrit la cage pour l’attraper.

Les bras des humains étaient très différents de la cage ou du carrelage. Ils la maintenaient dans une étreinte tiède, ils serraient de temps à autre, annonciateurs d’un mauvais moment, ou se faisaient souples et généreux lorsqu’elle faisait de son mieux pour quémander des caresses, de son regard doux qu’un léger strabisme convergent rendait irrésistible. Elle se plaisait parmi ces gens, dont elle avait rencontré les deux derniers membres après un long passage dans l’engin roulant, l’engin de tous ses malheurs. La plus petite était bruyante et chahuteuse, elle jouait avec elle à des jeux excitants, un véritable exutoire. Le plus grand, à la voix grave et aux tons réprobateurs était celui qui lui demandait le plus d’efforts dans ses opérations de séduction, mais elle réussissait toujours et la caresse n’en était que plus satisfaisante.

Elle grandit et grossit, devenant une bête haute bien construite, au poil épais et doux et la ligne parfaite. Avec sa famille d’adoption, elle connut les joies de ce qu’ils appelaient les « sports canins ». Elle connut le cross canin qui lui prodiguait un réel plaisir dans l’effort partagé avec son humain. Elle connut l’agility et l’obéissance, des disciplines ludiques qu’elle pratiqua essentiellement pour faire plaisir à ses maîtres, juste ce qu’il suffisait pour leur donner une satisfaction qu’elle éprouvait en retour. Elle découvrit enfin les disciplines de flair : pistage, discrimination d’odeur, recherche utilitaire. C’était de loin ce qu’elle préférait. Elle gagnait son indépendance au travail tout en conservant une coopération nécessaire avec sa maîtresse qui lui indiquait ce qu’elle devait trouver et comment le faire en évitant de se mettre en danger. Elle aimait réussir, elle aimait le sentiment de fierté qui émanait de sa maîtresse lorsqu'elle le faisait, elle aimait travailler en utilisant un sens que ses humains n’avaient pas, posant invariablement les bases d’une confiance mutuelle.

Cette idylle fut brisée de façon presque trop banale. Elle restait dehors pendant que ses humains partaient, toute la journée, pour ne revenir que le soir. Elle était belle et de beau gabarit, et une femelle, bien que stérilisée. Des hommes encagoulés vinrent un jour, sortis d’un camion blanc et passant d’un bond la clôture. Elle résista longtemps, s’échappant, aboyant, grognant, mordant jusqu’au sang. Mais les hommes étaient déterminés, les hommes étaient prêts. Ils ne lui laissèrent aucune chance, avec leurs perches lasso et leurs taser, ils l’embarquèrent sans cérémonie et sans témoin.

Elle ne retrouva jamais le chemin de la maison. Encore frappée par la chance au milieu de son angoisse, elle réussit à s’échapper par une savante association de coïncidences et de négligence de la part de ses ravisseurs. Une porte de cage mal fermée, une main non gantée, une porte ouverte, et elle était dehors… Au milieu de nulle part, au milieu de tout. Un inconnu aveuglant la submergeait et la plaquait à terre. Elle ne connaissait rien d’autre au monde que la trop courte période passée auprès de sa famille d’adoption. L’anxiété rongeait son cœur comme une bête noire, tapie et sifflante, insidieuse. Tout était un danger potentiel, elle ne pouvait avoir confiance en rien ni personne. Ni ses congénères, qu’elle tenait à distance avant même d’apprendre à les connaître, ni les humains qu’elle jaugeait de haut en bas, avec ce sentiment déchirant de méfiance mêlée au besoin d’affection. Elle désirait ardemment le contact qui faisait pourtant hérisser tous les poils sur son échine, qui tendait ses muscles et la poussait à foncer sur tout ce qui lui faisait peur.

Attaquer le premier, effrayer pour ne pas être blessée, faire fuir, courir après pour avoir le contact, partir en chasse, en prédation, s’exciter, vouloir jouer, mais refuser un contact trop violent en le réprimant sévèrement, recommencer. C’était la routine inextricable dans laquelle elle évoluait depuis.

côté canin

Le maître idéal ▬ Quelqu’un qui l’aimera pour ce qu’elle est, qui la guidera vers ce qu’elle peut faire de bien plutôt que la corriger pour ce qu’elle fait mal. Quelqu’un qui lui fournira tout ce dont elle a besoin pour vivre une vie de chien épanoui : de longues balades, la pratique d’une discipline qui plaît aux deux, une liberté maximale, et une affection inconditionnelle. Un maître qui ne la forcerait jamais à se mettre dans une situation anxiogène en l’empêchant d’en sortir.
Elle voudrait juste quelqu’un qui l’aime, inconditionnellement. Elle voudrait retrouver ce que lui ont arraché, sans scrupules ni état d’âme, des êtres d'une cruauté innommable.
Propriété de ▬ rien ni personne, même pas d’elle même
Aspirations ▬ Se débarrasser de l’anxiété qui la dévore ? Pouvoir construire des relations avec ses congénères sans se trouver sur ses gardes au moindre faux-pas ? Elle veut retrouver une situation dans laquelle elle puisse vivre.

derrière l'ordi je suis...

Pseudo ▬ Alambre / Revenge
Parrain ▬ Neal <3
Comment avez-vous connu le forum ?▬ Par Neal directement (im a VIP guys dunt fuck with my clique)
Code ▬ 23.01.2016
Quelque chose à dire ? ▬ Les photos de mon avatar et de ma signa sont celles de ma chienne, donc il est hors de question que je les voie réutilisées sur n’importe quel autre site que le forum sans mon autorisation préalable. Et si ça arrive, je vous retrouverai, et on s’expliquera.

[ Spéciale kassedédi à tous ceux qui sont allés googler « berger du Touch » <3 ]


- Leave me the fuck alone -
- No wait -




Dernière édition par Alambre le Sam 23 Jan - 16:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-lambre.tumblr.com
avatar
Masculin Messages : 239
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Kutie club
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2/5
~~~~~AGILITÉ3/5
~INTELLIGENCE3/5
~~~~CHARISME6/5

Khaleesi
MessageSujet: Re: Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"   Sam 23 Jan - 16:12

Bienvenue sur Pawprints I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3/5
~~~~~AGILITÉ2/5
~INTELLIGENCE4/5
~~~~CHARISME4/5

Alambre
MessageSujet: Re: Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"   Sam 23 Jan - 16:18

Merci I love you


- Leave me the fuck alone -
- No wait -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-lambre.tumblr.com
avatar
Féminin Messages : 419
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Pègre
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2 / 5
~~~~~AGILITÉ2 / 5
~INTELLIGENCE4 / 5
~~~~CHARISME5 / 5

Neal Matthews
MessageSujet: Re: Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"   Sam 23 Jan - 16:22

1)
(ce gif est vraiment trop mignon)
2) l'orientation sexuelle et la race. Srly. I see what u did there !
3) j'aime beaucoup comment tu as développé son caractère, allant des inconnus aux amis proches, c'est une forme super intéressante ♥
4) l'utilisation d'une liste n'était vraiment pas utile but who cares
5) YAS
6) bref t'es validée, amuse toi bien, je suis vraiment à la bourre now huehuehue


Forget safety. Live where you fear to live. Destroy your reputation. Be notorious.
oui:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/dieztastic
avatar
Féminin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3/5
~~~~~AGILITÉ2/5
~INTELLIGENCE4/5
~~~~CHARISME4/5

Alambre
MessageSujet: Re: Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"   Sam 23 Jan - 16:36

1)
2) Nuehehe im so sly u kno
3) Contente que ça te plaise I love you
4) Cant be tamed
5)
6) Mercii, à toute huehuehue


- Leave me the fuck alone -
- No wait -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://a-lambre.tumblr.com
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"   Sam 23 Jan - 21:40

Bonsoir

ta chienne est absolument superbe et j'adore l'histoire. Le caractère me rappelle tellement mon chien et un peu ma chienne irl. J'adore


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alambre - "I've been stepped upon so many times i'm one with the soil"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pawprints :: { Hors Jeu } :: Passeports et Puces électroniques :: Passeports et Puces électroniques Valides-
Sauter vers: