AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans la même galère [PV Alambre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Féminin Messages : 9
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Sans groupe
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2
~~~~~AGILITÉ3
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME4

Angel Aràn
MessageSujet: Dans la même galère [PV Alambre]   Dim 24 Jan - 21:01

La mer.

C'était un des éléments qui l'avait le plus marqué lorsqu'il avait débarqué à New York avec sa famille. Du fin fond de son Andalousie, évidemment, Angel ne l'avait jamais aperçu, et même si dans la grande ville américaine, le garçon n'avait fait que l'entrevoir, il avait été marqué à vie par cette grande surface bleue. Enfin, plutôt verte étant donné la pollution qui régnait là-bas. A Ithaque, malgré les bateaux gigantesques qui côtoyaient les barques les plus modestes, le port était plutôt propre et l'eau presque transparente. A la pointe de la technologie et soucieuse de son image, la ville avait mis en place tout un système de recyclage d'eau, enjoignant les propriétaires à mettre leurs gros engins à jour en ce qui concernait les normes écologiques. Les bourgeois n'avaient pas hésité, influencés par la publicité gouvernementale qui présentait les personnes soucieuses de l'environnement comme des héros. L'orgueil plus que la véritable conscience avait fonctionné, mais peu importe vu le résultat qui s'étendait devant eux.

Troquant son inquiétude de traverser ces lieux déserts seuls contre un plaisir sain, le jeune mannequin continua sa route, admirant tous ces bateaux d'un oeil totalement amateur. En réalité, il ignorait tout de la mer, sachant patauger comme un chien tout juste apte à sortir la tête de l'eau, guère plus. D'ailleurs, en parlant de domaine nouveau et de chiens... En voilà un dont la silhouette sèche venait de traverser le champs de vue d'Angel. Sa démarche fluide, presque fantomatique et son allure athlétique mais presque maigre trahissaient un animal des rues. A moins que l'Andalou se trompe, ce qu'il espérait, cependant, sans trop d'enthousiasme. Seule et dans cet état, la bête n'avait certainement pas de maître.

Sortant de sa poche un de ses éternels sandwich qu'il avait l'intention de manger sur les docks un peu plus tard, le jeune homme s'accroupit au sol et jeta un morceau par terre, assez loin de lui. Immobile, le regard perdu dans le vide, il attendit, sans appeler le chien, ni même faire un bruit. Au moins, cet animal probablement sans laisse mangerait aujourd'hui. D'après ce qu'il avait vu, d'ailleurs, ce serait plutôt une chienne au pelage noir magnifiquement zébrée de doré. Non pas que les animaux moins beaux doivent être abandonnés, ou aient moins de mérite de conserver leur foyer, mais le mannequin ne comprendrait jamais qu'on délaisse de tels spécimens, quelque soit l'excuse. Travail ? Un canidé s'adaptait à tout, y compris aux absences répétées, mais bien sûr, la majorité de ces gens ne se fatigueraient jamais à ressortir après une journée de boulot à 00h00 dans un parc. Agressivité ? Pourquoi payer un éducateur canin ? Il suffisait de racheter un chien, et aucun besoin de pratiquer des exercices ennuyeux. Trop grand ? Evidemment, s'informer plus tôt sur la taille de la bête adulte était trop fatiguant. Bref, autant dire qu'Angel ne portait guère dans son coeur les maîtres insouciants de ce type, et encore moins la pègre dont il avait vaguement entendu parler évidemment. Heureusement pour lui, cette idée d'enlèvement ne lui était pas naturellement venu en tête en voyant la superbe chienne rôder par là, sans quoi il aurait sans doute détalé, encore traumatisé par la dernière attaque qu'il avait subi dans les rues. Possédant déjà peu de choses à cette époque, Angel avait tout perdu: son courage, son petit ami lui aussi vivant dans la rue, l'ayant quitté en lui conseillant de ne jamais dévoiler ses préférences pour que ce type d'agression homophobe ne se reproduise pas. Depuis, c'était un jeune homme prudent, pour ne pas dire peureux, néanmoins capable de se supérer lorsqu'un ami était en danger, ou justement, un chien errant dans le besoin. Les morsures ne l'effrayaient pas, il n'y pensait pas tout simplement... Au moins, les canidés avaient un langage logique auquel la plupart réagissait. Les humains étaient beaucoup plus traîtres eux.

*Alllez, viens ma belle, je ne vais rien te faire, je veux juste que tu manges aujourd'hui. *

Sans doute qu'un inconnu passant par là le prendrait pour un de ces hippies tarés prêts à abandonner leur activité du moment ou de se dépouiller pour ramener une bête parfois dangereuse chez le vétérinaire. Tant pis, peu lui importait. Angel personnellement savait déjà qu'il n'avait rien pour emmener la chienne, ni laisse, ni forces suffisantes pour l'avoir dans les bras, surtout à cause de sa main légèrement handicapée, sans compter sa stature peu puissante quoique musclée. Il ne pouvait donc que la nourrir, et se contenter en "remerciement" à avoir le droit de contempler sa silhouette furtive vaquer non loin. L'Andalou adorait regarder les chiens se mouvoir et les voir interagir. Un véritable passe-temps éducatif pour lui. Au final, peut-être était-il réellement fou à cherche systématiquement le contact, même uniquement visuel, avec tous les cabots errants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dans la même galère [PV Alambre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rame, rame, rameurs, ramez : c'est la galère, la vraie...
» Investir dans l'agriculture bio.
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )
» 14-18 les bûcherons Canadiens dans l'Orne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pawprints :: { Quartiers neutres } :: Zone portuaire-
Sauter vers: