AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sale. [PV Damasio]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Sale. [PV Damasio]   Sam 30 Jan - 15:43

Les ruelles s’étrécissaient et se laissaient toujours plus envahir par cette brume grise, sale. Orage se rappelait d'être déjà venue ici, plusieurs fois. Quand elle était désespérée, son corps rongeant ses propres muscles pour manger, ou lorsque, plus en forme, elle avait simplement décidée de jouer les aventurières pour finir par se perdre dans la décharge puante. C'était d'ailleurs cette ultime visite qui forçait la Malinoise à évoluer ici, le museau froncé.

Yasko ne l'avait guère rassuré lors de leur ancienne entrevue inopportune, et même si Orage ne le connaissait pas assez pour le ranger parmi ses proches, son inquiétude avait suffit pour la conduire ici, loin du jardin envahi par les mauvaises herbes d'Evelyne. La chienne s'était cette fois échappée, non pas de la maison, sinon directement en promenade, lorsque sa maîtresse provisoire avait donné plusieurs vifs acoups sur la laisse. Comme à son habitude, attachée, Orage était sensible aux chiens passant près de sa personne, les voyant d'autant plus comme une menace que la quadragénaire devenait nerveuse. En toute logique, ces poilus devenaient des ennemis, et encore une fois, en toute logique, Orage attaquait ses adversaires. S'étant cette fois jetée sur un chow-chow, plus excitée encore que d'habitude par l'attitude peureuse du couineur, la chienne dressée sur ses pattes n'avait pas compris sa douleur lorsque le collier étrangleur lui avait pincé le cou. Cette fois-ci, ça avait été si violent qu'elle avait chuté au sol tandis qu'Evelyne s'excusait auprès du maître du chow-chow brun qui braillait.

Sans doute menée au bout de la rupture de nerfs, la défenseuse des animaux s'était résolue à quelque chose toujours refusé avant, pensant que c'était l'unique méthode. Pendant Orage par son collier étrangleur, elle lui avait asséné plusieurs violents coups de laisse, appliquant sans le vouloir, jusqu'au mousqueton sur sa peau. La chienne avait supplié sa maîtresse d'arrêter, laissant comprendre qu'elle avait saisi la leçon, même si au fond, elle ne savait pas ce que lui reprochait l'humaine. Personne ne pouvait vous reprocher de vous protéger d'une menace sérieuse, n'est-ce pas ?

Toujours est-il que tendant, et redétendant la laisse en esquissant des sauts sur le côté, en arrière, ou en avant, la queue entre les pattes et les reins bas, la chienne avait fini par desserrer le collier étrangleur. Ce dernier était passé par-dessus sa tête lorsque l'animal avait esquissé un pas en avant. Ni une ni deux, la Malinoise en avait profité pour s'enfuir, sous les suppliques d'Evelyne qui s'excusait. Boitant légèrement, la chienne avait erré au hasard, avant de se trouver l'objectif de partir à la rencontre de Yasko, juste pour ne pas se demander si elle retournerait chez sa "maîtresse" ou pas.

Soudain, tandis qu'elle cheminait d'un air concentrée, une odeur l'interpela. La Malinoise stoppa sa route, finissant par déterminer que la fauteuse de troubles appartenait à un chien. Un mâle. Il était bien portant quoique son poil était légèrement négligé. Pas étonnant dans le coin. Sans compter qu'à son instar, le cabot ne portait pas de collier. En ce qui concernait celui d'Orage, il était resté entre les doigts d'Evelyne lors de sa fuite et c'était bien le cadet de ses soucis.

Toujours un peu nerveuse lorsqu'elle rencontrait un chien, sa maîtresse lui ayant enfoncé dans le crâne -sans le vouloir évidemment- qu'ils étaient une menace, mais plus apte à se contrôler sans laisse, la femelle crème demeura sur place. Pattes raides, queue droite, encolure ébouriffée mais pas agressive, elle interpela l'inconnu d'un ton se voulant neutre, quoiqu'emprunt de méfiance. Pour ne pas envenimer la situation néanmoins, son regard s'était fait oblique, se gardant bien de fixer directement l'étranger.

- T'es qui ? Tu ne me veux rien, hein ? Si tu veux juste passer par là, facilitons-nous la vie, chacun de son côté. Ok ?

Plutôt sociable, la Malinoise avait du mal avec le premier contact. Cela pouvait d'ailleurs dégénérer si malheureusement, le chien d'en face n'avait pas des signaux très clairs d’apaisement. Cependant, lorsque tout se passait bien, Orage n'était jamais pressée, ravie, au contraire, de compter sur un partenaire de chemin, même si aujourd'hui, elle avait une mission.


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 46
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3
~~~~~AGILITÉ4
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Damasio
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   Dim 31 Jan - 23:59


SALE
Avec Orage

La chienne, une pur-race qui traîne étrangement dans un quartier malfamé comme celui-ci, pue l’anxiété. C’est le premier constat que je fais, avant-même d’apercevoir ne serait-ce que son museau. L’odeur de sa peur, mélangée à celle de l’énervement, je dirais, a envahi la ruelle en un rien de temps. J’entends également son pas un chouïa irrégulier qui me rappelle ma propre démarche entravée par une blessure qui a mal guéri. À la seconde même où elle me voit, tout en elle se crispe, à ma grande surprise. Je ne crois pas avoir l’air très menaçant pourtant. Il est vrai que, ces derniers jours, grâce aux conseils d’une connaissance, j’ai repris du poids et du muscle, retrouvant peu à peu ma stature d’antan. Le pelage un peu négligé, j’ai l’air d’un vrai chien errant.  Cependant, j’ai le regard encore un peu dans le vague étant donné que je viens juste de me réveiller, et ma démarche n’est pas encore tout à fait assurée. Il y a quelques instants à peine, je sommeillais sur une vieille couverture abandonnée dans l’entrepôt. Pour une fois que la bande de Toskel n’y est pas, autant en profiter. Elle, au contraire, semble en pleine forme physique et mille fois plus alerte. Dans d’autres circonstances, je serais alarmé de m’être fait surprendre, mais heureusement il ne s’agit ni d’un homme de la fourrière ni d’un canidé de la milice. Un détail attire mon attention. Aucun collier, aucune médaille, ne ceint le cou de la jolie inconnue, une Malinoise si je ne m’abuse, pourtant elle n’a rien d’une chienne des rues.

Je retiens tant bien que mal un bâillement inopportun. La demoiselle a l’air suffisamment inconfortable, je ne voudrais pas être impoli en plus. Je remarque qu’elle évite de croiser mon regard, signe qu’elle veut à tout prix éviter de me provoquer. Cependant sa queue est dressée, pas en position de soumission. Curieux, je me demande si je ferais bien de l’approcher pour faire plus ample connaissance.

« T'es qui ? Tu ne me veux rien, hein ? Si tu veux juste passer par là, facilitons-nous la vie, chacun de son côté. Ok ?»

Jappe-t-elle. Elle vient de répondre à ma question. Son ton se veut courtois mais j’y distingue la même méfiance que celle qui imprègne son odeur. Je renifle l’air discrètement pour confirmer mes premières impressions. Elle sent également l’humain, une femme en particulier. J’en déduis qu’il s’agit de sa maîtresse, qu’elle vient de fuir pour je ne sais quelle raison, mais je pourrais me tromper. J’essaie de trouver quelque chose à dire à la chienne au pelage crème qui la mettra en confiance. Il y a longtemps que je n’ai pas eu de contacts cordiaux avec un autre chien. Il y a bien eu ce chien, au port, il y a quelques temps, mais depuis rien. J’ai fui la plupart des canidés que j’ai croisés depuis, et j’en ai fait fuir à quelques occasions. Ma grande stature m’avantage lorsqu’il faut se battre pour manger. Jusqu’à maintenant je n’ai eu qu’à découvrir les crocs mais je ne suis pas assez naïf pour croire que ça suffira toute ma vie, surtout avec la bande de Toskel dans les parages. Chaque bouchée compte, et cette pseudo-meute a beaucoup de bouches à nourrir. La loi du plus fort d’impose d’elle-même, il ne faut pas être un génie pour le comprendre.

J’essaie de sourire à l’inconnue, et adopte un ton aussi neutre que possible.

« Je suis Damasio, et tu peux être rassurée, je ne te veux rien. Passe si tu veux, je faisais juste prendre l’air. »

Joli euphémisme pour un chien qui n’a plus de maison, il est vrai.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   Lun 1 Fév - 2:12

Lentement, les poils crémeux de la chienne retombèrent sur ses épaules musclées, quoique légèrement anguleuses. Elle n'avait jamais été bien grosse de toutes façons, et devait compter sur ses mâchoires contrebalançaient son allure dégingandée. Heureusement, aujourd'hui les crocs qui atteignaient ses babines du bas n'auraient pas besoin de s'user sur une peau canine. En effet, le mâle avait eu le bon sens de se montrer apaisant, choisissant une tactique aussi simple qu'efficace. Du coup, encore prudente pour la forme mais largement plus détendue, la Malinoise éprouvait désormais une certaine curiosité à l'encontre de ce chien de haute stature. Il avait tout l'air d'un animal errant, sans collier et sans odeur d'humain. Pour autant, il ne semblait pas mal se débrouiller dans la rue, car plutôt en forme malgré un poil terne.

- Orage. J'veux dire, je m'appelle Orage... Et sérieusement, tu n'as pas de meilleur endroit pour prendre l'air ?

Intriguée, la jeune femelle avait complètement oublié de "passer", stoppant devant le grand mâle, d'ailleurs fort agréable au regard pour qui se fichait des races. Ce qui était justement le cas de la jeune chienne, bien qu'en fait, elle se moquait du physique d'autrui, plus simplement. Son coup d'oeil n'était que le signe d'une contamination éphémère par Khaleesi, une chienne de Show rencontrée dans un parc nettement "mieux fréquenté" qu'ici. N'empêche que Damasio était plus courtois que la superbe Australienne, même si cette dernière avait fini par bien s'entendre avec Orage. Curieux, comme les lieux dépareillaient avec la véritable politesse des chiens.

- Tiens justement, je viens pas souvent ici moi. Tu saurais où se trouve la décharge ? Et mieux, si t'es passé par là... Tu n'aurais pas vu un jeune chien noir et roux ? Type rotweiller... Non... Beauceron. Un croisé aussi.

Fit-elle, hésitant un peu sur la race de ce cher Yasko étant donné qu'elle ne s'y connaissait justement pas beaucoup en pedigree, preuve de son manque d'implication dans ces concours qui faisaient frémir Ithaque. Toujours est-il, Orage espérait ne pas avoir vexé son interlocuteur en utilisant ce terme qui l'impliquait également dans le lot, étant donné que malgré les apparences, elle était considérée comme une croisée. Remuant vaguement de la queue, la Bergère tâcha de se calmer complètement face à son aîné. Heureusement, ce n'était pas une femelle, elle n'avait donc aucune raison d'être dominante, même si d'autre part, elle n'estimait pas devoir se montrer soumise face à Damasio. Désormais de bonne humeur, au point d'en oublier ses récentes douleurs, la jeune chienne animée par la curiosité continua gaiement sa conversation. Si Yasko était dans la décharge, il ne bougerait pas de si tôt, et s'il n'y était pas... Pareil. Elle n'était donc pas spécialement pressée de le retrouver, sachant que sa situation n'était pas urgente.

- Je ne traîne pas beaucoup ici, mais j'connais un endroit où il y a à manger, si tu cherches de quoi te mettre sous les crocs. Faut quitter la zone mais c'est pas trop loin. La seule vraie condition, c'est que tu aimes le poisson.

Proposa la chienne, aimable. Le port, depuis qu'Evelyne l'y avait amené, était un de ses grands terrains de chasse. Avec un brin de cette ruse typique de sa race et son agilité toute aussi Malinoise, elle avait fini par comprendre comment se glisser dans certains containers remplis de fruits de mer, ou encore, dérober le poisson alourdissant les bateaux ventrus attendant d'être déchargés sur le quai. Ne mourant plus de faim et surtout de nature gentille, Orage n'avait pas hésité à proposer l'idée à Damasio. Et surtout, sous ses airs de petite écervelée, elle avait plus ou moins compris que le chien était errant, sans lui poser la question ou souligner son geste, elle avait donc décidé de faire un pas vers lui. Oui, parfaitement, Elle qui voulait d'abord le fuir semblait maintenant apprécier sa présence. Normal après tout, quand on est un animal anxieux mais sociable.  


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 46
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3
~~~~~AGILITÉ4
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Damasio
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   Ven 12 Fév - 6:01


SALE
Avec Orage

Je comprends que j’ai pris une bonne décision en répondant doucement à la chienne au pelage crème lorsque je la vois se détendre presque instantanément. Je comprends tout de même l’origine du léger malaise qui subsiste encore; je suis un grand chien, plutôt haut sur patte, et j’ai tout de l’allure d’un vilain pitou qui traîne dans les ruelles, alors qu’elle est une petite bête qui rentre tous les soirs à la maison. Si seulement elle savait à quel point nos histoires se ressemblent… Je remarque son regard qui me jauge mais je ne m’en offusque pas. Nous faisons tous pareil, surtout dans ces coins moins bien fréquentés de la ville où n’importe peut bien attaquer le premier venu sous n’importe quel prétexte. J’agite doucement la queue pour lui faire comprendre que je ne suis pas hostile. Je semble avoir un certain intérêt à ses yeux, ce qui ne me fait pas peu plaisir. Je manque cruellement d’attention, c’est terrible à avouer. Je ne me suis pas encore habitué à passer toutes mes journées le regard bas et sans parler à quiconque. Certes, il y a eu ce Border Collie l’autre jour, c’est grâce à lui que j’ai repris du muscle, mais je ne l’ai guère revu depuis. J’ai également une certaine fierté; d’accord pour que quelqu’un m’offre son aide mais pas question d’ensuite le suivre à la trace pour ne pas me retrouver seul.

Je suis un de ces chiens qui ne s’est pas évadé dans le but de vivre ma vie seul. Ce mode de vie me pèse. Je suis donc ravi lorsqu’Orage semble vouloir entamer une conversation avec moi. Elle semble gentille et avenante mais de toute façon je ne ferai pas mon difficile. Je cache ma déception alors qu’elle me demande si j’ai rencontré un jeune chien au pelage noir et roux. Je comprends qu’elle s’est aventurée ici non pas par insouciance ou par audace, mais dans le but de rencontrer cet autre chien. Je creuse dans ma mémoire, espérant lui répondre quelque chose qui lui fasse plaisir, mais je ne peux affirmer avec certitude avoir croisé un canidé qui correspond à cette description en ces lieux. C’est difficile à dire compte tenu du nombre de chiens qui habitent dans cette ville. Bon nombre d’entre eux ne sont sur aucun registre, les humains n’ont aucune idée de l’importance de cet univers caché qui leur est interdit.

« Je ne crois pas l’avoir vu, désolé. »

Mon interlocutrice est déçue mais se rattrape bien vite en me lançant une invitation que je ne peux refuser.

« Je ne traîne pas beaucoup ici, mais j'connais un endroit où il y a à manger, si tu cherches de quoi te mettre sous les crocs. Faut quitter la zone mais c'est pas trop loin. La seule vraie condition, c'est que tu aimes le poisson. »

Je ne suis pas naïf, je suis bien conscient qu’elle me dit ça parce qu’elle sait que je suis un sans-abri, un sans-maison. Et elle n’a pas tort sur un autre point : j’aimerais bien casser la croûte. Depuis quelques temps je me nourris mieux et ça rend mes esprits moins embrouillées. Si j’avais rencontré cette charmante inconnue il y a une semaine ou deux je n’aurais probablement pas été aussi affable. Ou je l’aurais été dans l’espoir de manger. Je souris gentiment à la Malinoise. Orage, quel joli non. C’est court, simple, facile à retenir. Et après l’avoir vue tout à l’heure, toute crispée et prête à se jeter sur moi, je crois pouvoir dire qu’elle sait mordre, contrairement au tonnerre.

« Tu n’avais pas quelqu’un à rencontrer? Mais si tu consens à aller casser déjeuner en ma compagnie j’accepte ton offre avec grand plaisir. »

Si elle mange avec moi cela me rendra moins mal à l’aise, je ne tiens pas à ce qu’elle me voit m’engouffrer comme si je n’avais rien mangé depuis des semaines en se disant que ses croquettes l’attendent sagement à la maison. Lorsque j’étais chez Propriétaire j’avais l’habitude de manger ces petites boules de pâte fades et je n’attendais pas d’être affamé pour me servir mais je préférais largement grappiller les provisions de mon maître. Il partageait volontiers ses légumes et ses cuisses de poulet avec moi malgré sa volonté de me voir manger des choses saines. Il n’a jamais su me dire non, et j’espère que ce sera aussi le cas d’Orage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   Dim 14 Fév - 1:22

Un museau blanc, séparant une mer d'ébène recalée de part et d'autre du visage de Damasio. Désormais que le stress refluait doucement, la chienne se rendait compte que son vis-à-vis était plutôt agréable au regard. En effet, sa silhouette lupine lui donnait un air sauvage sans ce côté pitoyable de vulgaire cabot des rues. A vrai dire, la Malinoise ignorait s'il était croisé ou pas, méconnaissant cette carrure sportive terminée par une queue enroulée. Peu importait, son attitude aussi s'éloignait des dents baveuses traînant dans le coin. Orage avait eu de la chance, tout comme Damasio probablement.

- Bah, je le verrai plus tard. C'est un de ces esprits libres tu sais...

La chienne tourna le dos au mâle pour commencer à le guider vers le port, signe que tout était déjà décidé. A vrai dire, elle n'était pas spécialement pressée de revoir son ami noir et feu, vu son attitude de la dernière fois. Celle de Damasio était bien plus agréable, et même si la Malinoise s'était promis de ne pas laisser tomber Yasko, ce dernier attendrait bien quelques heures voir un jour de plus. Tous deux étaient indépendants quoique liés, se retrouvant au hasard des chemins pour échanger leurs impressions sur une vie rarement clémente.

Sentant son ventre grommeler, la femelle au pelage crème pressa le pas, adoptant le trot inhérent à sa race. Celui-ci, économique et léger semblait la faire flotter au-dessus du sol, tandis que sa longue queue se mouvait au rythme de ses pas. Ce bruit d'estomac insatisfait ainsi que ses côtes saillantes prouvaient qu'Evelyne oubliait de la nourrir de temps à autre. Malheureusement c'était chaque fois plus fréquent, mais comment lui en vouloir ? Pleine d'objectifs de sauvetage, amoureuse, c'était une humaine heureuse.

- Comment tu t'es retrouvé là, toi ? Moi j'me balade seule, faut bien vu que ma maîtresse m'oublie.

Parler de son appartenance à une bipède n'était peut-être pas très malin. Yasko en tout cas l'avait mal pris, probablement jaloux en avait déduit la Malinoise. Pour autant, si elle ne cachait pas son passé, Orage ne voyait pas pourquoi mentir sur son présent. Et puis, quand on demandait à un inconnu de lui révéler une partie intime de son histoire, il serait malvenu de jouer les prudes.

- Viens, c'est à droite, on n'est pas loin. Par contre, on est encore tôt, et beaucoup d'hommes déchargent. Y'a plus de nourriture, mais c'est plus dangereux. Si tu n'es pas pressé, je suis d'avis d'attendre qu'ils s'en aillent.

Impétueuse, Orage n'avait pas l'habitude d'être aussi prudente. Néanmoins, elle avait apprit à force de coups de bâtons que pour ce cas particulier, mieux valait se contenter des restes que de chercher à chiper à l'étalage. Méfiante envers les bipèdes la jeune chienne craignait que ceux-ci ne l'attendent depuis la dernière fois avec un beau collier électrique comme John avait l'habitude d'user.

- T'en dis quoi ?

Acheva Orage, légèrement hésitante encore. Elle n'avait pas envie de prendre de trop gros risques face aux hommes, aussi patauds que malins, mais son intention n'était pas non plus d'avoir l'air d'une lâche face à Damasio. Alors elle le suivrait, juste pour conserver sa réputation de petite dure, parce que la couardise était encore plus électrifiée que les mains des hommes et puis à deux, on était toujours plus fort.  


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 46
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3
~~~~~AGILITÉ4
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Damasio
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   Sam 20 Fév - 23:49


SALE
Avec Orage

Je suis volontiers la chienne au pelage sablonneux alors qu’elle se dirige vers les étals. Sa bonne humeur me rassure. De plus en plus à l’aise, elle se permet de bavarder d’un ton léger, comme si elle croisait des chiens « sauvages » tous les jours. C’est peut-être le cas, pour ce que je sais d’elle. Je l’ai sentie me jauger tout à l’heure et, compte tenu de son attitude, je devine que mon apparence l’a convaincue de mon sang noble et que c’est un gage de mon honnêteté. J’ai eu envie de lui rappeler que, dans les rues, les jolis molosses racés mordent aussi fort que les croisés aux yeux vitreux, mais je n’en ai pas eu le cœur. Je trottine derrière elle en essayant de paraître détendu. Les quelques humains qui déambulent dans les environs ont l’œil affûte et le coup de bâton rapide, j’en sais quelque chose. J’en ai déjà rencontré un qui amenait son chien, un berger croisé je crois, et le laissait courser les animaux errants. Heureusement que je cours vite.

« Comment tu t'es retrouvé là, toi ? Moi j'me balade seule, faut bien vu que ma maîtresse m'oublie. »


La question de la femelle me surprend un peu, mais j’aurais dû m’y attendre. J’avais cependant deviné que l’odeur dont elle est imprégnée est bel et bien celle de sa maîtresse qu’elle fuit. J’ai envie de lui répondre que je suis dans la situation inverse. Je fuis pour que mon maître m’oublie. Parler de Propriétaire est encore trop bizarre, et éprouvant pour moi, surtout lorsque j’emploie le passé pour faire référence à notre relation. Orage ne semble pas, pour sa part, éprouver des difficultés à parler de sa vie de chienne de maison, même à moi, qui suis un Leashless. Plusieurs d’entre nous méprisent les animaux qui vivent dans la facilité, l’aisance et la sécurité d’un foyer humain. Je ne les méprise pas, je les comprends et les envie.

« Bah, je me promène pas mal depuis ces derniers temps, et ce soir l’entrepôt était inoccupé, j’en ai profité pour visiter. »


Surprenant, tout de même, que la bande de Toskel ait laissé l’endroit vide. J’ai enfin pu visiter cet endroit légendaire qui, finalement, n’est rien d’autre qu’une canne de métal géante encombrée de machines brisées et qui sent le chien mouillé. Seule la légende qui entoure les lieux ajoute à l’expérience. Ça et la perspective de voir le meneur de la bande lui-même émerger de derrière un tas de vieux trucs. J’en sortais lorsque j’ai rencontré Orage.

« Viens, c'est à droite, on n'est pas loin. Par contre, on est encore tôt, et beaucoup d'hommes déchargent. Y'a plus de nourriture, mais c'est plus dangereux. Si tu n'es pas pressé, je suis d'avis d'attendre qu'ils s'en aillent. »


Je hoche la tête pour lui signifier mon accord. On n’est jamais trop prudents par ici. Je sens son énervement, et aussi son excitation. Une chienne de maison comme elle ne doit pas souvent avoir l’occasion de chaparder des victuailles dans un lieu public. Pourtant, elle a si faim que son ventre gargouille. Cela prouve qu’elle a réellement faim, ce qui est plutôt surprenant étant donné son mode de vie, et pas seulement qu’elle a eu pitié de mon état. Des effluves de poissons et de fruits de mer viennent chatouiller mes narines et je sens la faim grandir dans mon abdomen. Du coin de l’œil, je repère un kiosque un peu plus éloigné. Le propriétaire semble occupé dans l’arrière-boutique, il y est déjà depuis quelques minutes. Personne ne semble dans le coin pour surveiller sa marchandise, tous les autres humains sont bien trop concentrés sur leur propre commerce. J’attire l’attention d’Orage.

« Tu vois le kiosque là-bas? Le commerçant est absent depuis un instant déjà, si on allait se servir? »

Je souris à la Malinoise. Après tout, je suis un chien de rue, j'acquiers peu à peu la confiance et le cran nécessaires à la survie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   Dim 28 Fév - 23:20

Les muscles de la jeune chienne se détendirent. Ses jarrets couverts de poils mi-longs, doux comme la soie et immaculés, principaux traîtres, cessèrent de trembler. Elle était rassurée par l'option qu'avait pris Damasio sans se l'avouer. Ses yeux de miel rivés sur l'étalage, Orage observait attentivement sans réellement savoir définir le moment opportun pour le chapardage. Audacieuse mais encore jeune, la Malinoise profitait également d'une certaine expérience contre-productive vis-à-vis des humains. Rien qu'en songeant au collier électrique, elle ne put d'ailleurs s'empêcher de porter sa patte arrière à son cou pour se le gratter une ou deux fois silencieusement. Tout au plus en penchant légèrement la tête sur le côté, se refusant cependant à quitter leur cible du regard. Un baîllement acheva de la rassurer suffisamment pour en revenir à sa mission première.

La voix de Damasio sonna dans sa tête comme l'eau d'un torrent la guiderait. Invisible mais audible et rassurant. C'était l'heure. Sans se poser d'avantage de question, la Bergère haussa vivement la tête, ses oreilles se pliant légèrement sous l'enthousiasme qu'elle y avait mis avant de "rebondir" pour se remettre à leur place, rigides. D'un de ses fameux coup de reins, offert par sa race, Orage sauta vers l'étalage en compagnie de Damasio. Dans le feu de l'action, en réalité, elle ignorait si le mâle au pelage bicolore l'avait suivi ou devancé. Concentré sur sa propre tâche, la chienne visait deux gros thons rouges superposés.

Lorsque ses pattes touchèrent le sol, Orage n'eut plus que quelques foulées cliquetant à fournir pour atteindre l'étalage. Malgré quelques difficultés, elle se dressa sur ses pattes arrières-cet exercice n'étant pas le saint Graal de sa race, au dos long et trop flexible probablement.- pour poser celles de devant sur la table en bois. A l'aveugle, son museau reniflant les effluves, la femelle attrapa les deux thons appétissant visés avant de filer... A la Belge, en bon Berger Belge justement. D'un trot rapide, typique des siens, Orage tâcha de mettre le plus d'espace possible entre la table et elle, mais les pêcheurs voisins à l'absent l'avaient évidemment aperçu. Comment rater cette silhouette claire, efflanquée mais haute sur pattes ? Solidaires, ils entreprirent de jeter de la caillasse sur la Malinoise qui évitait tant bien que mal les jets, réduite à utiliser ses dons d'ancienne chienne de la Milice pour ne pas être estropiée. Fut un temps, celui où elle portait son collier électrique, la Bergère était respectée par ces hommes. Ils sifflaient sur son passage, quand, morte de peur, elle marchait d'un pas aussi digne que faux aux côtés de son jeune maître qui se pâmait de posséder un chien de race original à cause de son pelage crème. Présentement, l'adolescente ne savait plus ce qu'elle préférait.

Rejoignant un abri de fortune, une étape avant la véritable fuite, réglée au moment où les hommes les retrouveraient, Orage se tourna dans tous les sens pour chercher Damasio du regard. C'était la première fois où elle volait les bipèdes de la nourriture aussi précieuse, car fraîche. D'habitude, elle attendait que les retardataires ferment boutiques pour lécher une coulée de sang mal nettoyée ou dérober un sachet de poisson congelé pour les revendre aux supermarchés. Le thon quoiqu'imbibé d'un froid engourdissant sa gueule laissait s'échapper un fumet délicieux. La femelle dût se retenir pour ne pas le dévorer de suite. C'était bien meilleur que les carrés insipides qu'Evelyne oubliait de plus en plus souvent de lui servir.

- Ah tu es là, on les a bien eu. Regarde ce que j'ai attrapé.

Dans un petit recoin humide, formé par deux contenairs se chevauchant, la chienne laissa tomber ses prises au sol, gonflant le poitrail, fière et certes... Un peu puérile. Mais à vrai dire, elle était encore jeune, et l'idée de manger sans devoir attendre des heures que les hommes achèvent leur vente la réjouissait. Même s'ils n'étaient pas encore sortis d'affaires. Tôt ou tard, les bipèdes les délogeraient, mieux valait déguerpir.

- Tu connais un endroit tranquille ?

Quitte à sortir du port maintenant qu'ils avaient fait leurs courses. Un sourire invincible flanqué sur sa gueule, la jeune femelle posa son regard rendu fluorescent par l'obscurité dans celui de Damasio, cherchant à humer ses propres proies, s'il en avait attrapé.


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féminin Messages : 46
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Leashless
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE3
~~~~~AGILITÉ4
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Damasio
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   Jeu 7 Avr - 15:58


SALE
Avec Orage

Orage n’attend pas avant de filer en direction de l’étalage à notre disposition. Sans me poser de question, je lui emboîte le pas. La Malinoise bouge vivement et avec grâce, comme si sa vie ne dépendait. Je n’ai aucune difficulté à lui emboîter le pas. Mes longues pattes se déploient vivement et mes muscles me propulsent vers l’avant. Notre course malheureusement de courte durée. Je m’ennuie des longues promenades que je faisais aux côtés de Propriétaire, je m’ennuie de ce stupide bâton que je devais lui rapporter, je m’ennuie des chasses organisées auxquelles nous participions. Je suis un fier représentant des Laïkas, je suis un vrai chien de chasse qui a besoin de s’épuiser, la langue sortie et le cœur battant, pour se sentir en vie. L’espace d’un instant, mon sang s’échauffe dans mes veines alors que nous nous élançons vers le kiosque. Arrivés à destination, nous nous dressons afin de saisir notre repas. Orage se montre plutôt habile, alors que je suis moi-même ne passe de devenir un vétéran dans le domaine. Je flâne souvent dans le coin, et j’ai eu le temps de développer une préférence marquée pour les fruits de la mer. J’ai besoin de tendre le museau pour saisir un splendide saumon. Je renverse quelques coquillages ce faisant mais, une fois que j’ai les crocs plantés dans la chair de ma proie, je m’éclipse aussi vite que possible.

Je m’élance en direction d’une cachette, pour me rendre compte qu’Orage n’est pas au rendez-vous. Il faut que je sorte le museau pour retrouver sa trace et finalement la rejoindre. Je constate avec un sourire qu’elle a saisi deux thons. Elle n’en est pas peu fière si on en juge par son poitrail bombé et l’étincelle qui brille dans son regard.

«Ah tu es là, on les a bien eu. Regarde ce que j'ai attrapé»

« Oui, c’était génial. Félicitations!»

Je la congratule chaudement. Après nous être saisir de notre repas, nous avons détalé dans des directions opposées. La Malinoise a dû essuyer des tirs ennemis avant de rejoindre la cache, alors que, pour ma part, je n’ai pas été attaqué. Nous nous en sommes tirés avec brio.

« Oui, tu as raison. On ferait mieux de filer. Suis-moi.»

Maintenant que je l’ai vue à l’œuvre, je sais qu’Orage n’aura aucune difficulté à m’emboîter le pas, elle est peut-être même plus rapide que moi. Je sors lentement la tête de notre petit coin ombragé et, voyant qu’aucun commerçant ne pose le regard sur moi, je détale, mon saumon entre les dents. Sans même vérifier si la chienne me suit toujours, je fonce en direction de l’entrepôt. Mieux vaut quitter le port, ou des marchands pourraient se fâcher et appeler la fourrière. Cela c’est déjà vu. Avant de rejoindre le repère de Toskel, je bifurque brusquement pour emprunter un petit sentier creusé à même la pelouse du bâtiment abandonné. J’ai déjà entendu parler d’un coin où des humains pas tout à fait en règle se rencontrent. Les membres de la meute n’y vont jamais, ils préfèrent le confort de leur boîte en métal. Je m’arrête sous une table de pique-niques, où des anciens employés de l’entrepôt ont sans doute déjà partagé de bons moments. L’endroit est aussi négligé que le reste, des arbrisseaux et fougères ont repris possession des lieux. Je dépose mon joli poisson par terre. Orage est à mes côtés, toujours aussi rayonnante. Je prends un moment pour l’observer. Le pelage bien entretenu, les muscles saillants, elle est vigoureuse et enjouée. Une chienne de maison comme mille autres. Pourtant, elle est venue dans le but de rencontrer un Leashless. Et elle est tombée sur un autre Leashless. Je me permets une boutade.

« Crois-tu que ta maîtresse viendra te chercher par ici? »

Je souris, et continue sans attendre de réponse.

« Eh bien, j’ai terriblement faim. Tu veux qu’on partage? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sale. [PV Damasio]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sale. [PV Damasio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» All Cosmetics Whole Sale / I need Somebody's Help
» besoin de conseil (couche sale le matin)
» oh ! la sale bête !
» Une poudre pour le contouring ni orangé, ni effet "sale"
» il a bu de l'eau très sale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pawprints :: { Quartiers pauvres } :: Vieil entrepôt-
Sauter vers: