AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Masculin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Milice
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2
~~~~~AGILITÉ5
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Xyria
MessageSujet: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Sam 20 Fév - 23:05

    Ça ne faisait que quarante-huit heures que la jeune chienne était arrivée dans cette ville, dans ce pays si différent du Texas, ses terres d'origines. La bergère allemande était arrivée par bateau, avait été remise à sa chère nouvelle maîtresse, Ashe, et elle avait dit au-revoir à Alexander, son dresseur, pour finalement partir vers sa nouvelle vie, une vie faite de justice et d'aventure auprès de la jeune détective, comme elle l'avait toujours rêvé. Et aujourd'hui, comment se sentait-elle ? Oh... Xyria avait quand-même un peu le mal du pays.

    Ici, ce n'était pas le même temps qu'on pouvait avoir au Texas. L'animal était en-train d'observer la ville par la fenêtre de l'appartement de sa maîtresse. En-bas, une rue, des gents, des voitures. En face, d'autres immeubles, des fenêtres. Un gros monsieur qui regarder la télévision, portant un débarder, un hot-dog à la main. Un couple qui se disputait. Une femme qui arrosait ses plantes. Un petit garçon qui faisait ses devoirs... tant de vies différentes pour des gents si différents, elle avait l'impression de regarder une émission à travers chaque fenêtre. Et en-haut, un ciel gris, unicolore. Il ne pleuvait pas, mais il ne faisait pas bien beau. Ça changeait du chaud et cognant soleil de son pays d'origine. Xyria était heureuse, sa maîtresse était comme elle l'avait rêvé, sa vie était devenue comme elle l'espérait... mais aujourd'hui ? Oh, rien à faire. Et elle s'ennuyait. Cette ville était trop différente, elle n'y était pas encore habituée. Un instant... mais oui, elle savait ce qu'elle devait faire : comment s'habituer à une nouvelle ville ? En apprenant à la connaître, tout-simplement.

    Xyria avait alors marché jusqu'à la porte et grattait jusqu'à se que sa maîtresse accepte de lui ouvrir. Et en route pour une aventure solitaire, pour aujourd'hui !

    Cela faisait maintenant une heure que l'animal gambadait tranquillement dans les rues de la ville. Elle prenait plaisir à découvrir les rues et les gents qui y résidaient, et parfois, même, elle croisait un chien. Certains l'ignoraient, d'autre lui jetaient un coup d’œil, et même la saluaient. Xyria n'avait pas à craindre les gars de la fourrière : elle portait autour du cou un collier indiquant qui elle était l'adresse de sa maîtresse, mais également le fait qu'elle était une chienne de justice. Les chiens de justice pouvaient se déplacer librement, temps qu'ils se montraient docile...

    Elle observait et mémorisait les rues, ainsi elle pourrait toujours se retrouver et rentrer chez elle, mais aussi se diriger dans la ville et être encore plus utile à Ashe. Elle observait également ce qui pouvait lui sembler suspect. Et à force de déambuler, elle finit par arriver dans la rue marchande... ouah, que de mondes, ici ! Elle devait faire très attention, en slalomant entre les humains, de ne pas se faire marcher sur les pattes. Elle découvrait ici une autre facette du monde : elle était née dans un chenil qu'elle n'avait jamais quitté. Et elle ignorait encore, jusqu'à aujourd'hui, qu'il pouvait y avoir autant d'humains rassemblés en un seul endroit...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Dim 21 Fév - 17:47

Une fois n'est pas coutume, Orage accompagnait Evelyne pour les courses. La quadragénaire profitait parfois de ses déplacements pour sortir sa chienne pour laquelle elle de moins en moins de temps. Tenue en laisse sévèrement depuis sa dernière échappée belle en pleine rue, la Malinoise marchait, morne, au pas d'Evelyne qui ne lui prêtait aucun regard. En réalité, ce qu'ignorait Orage, c'était que les papiers que distribuait la fiévreuse défenseure des animaux à tout va la concernaient. N'ayant plus de patience pour la jeune chienne, cette dernière, par acquis de conscience, lui cherchait une famille plutôt que la mettre au refuge, même si sincèrement, elle se fichait bien de savoir sur qui elle tomberait. Un voisin, une inconnue, peu importe, du moment qu'on la débarrasse de la Malinoise au profit d'un tout d'appartement certainement plus reconnaissant que la destructrice. Destructrice qui s'était déjà jeté sur deux chiens dans la rue, rendue nerveuse par la propre inquiétude de sa propriétaire du moment qui tirait comme une folle sur la laisse. Orage ne comprenait pas, elle avait encore essayé de la protéger, simplement de la protéger... Pourquoi Evelyne appelait-elle à l'aide en se raidissant pour finalement la punir ?

Au moins, Orage avait gagné, désormais, la quadragénaire changeait de trottoir à chaque chien qu'elle croisait, évitant le danger. Une attitude "positive" qui incitait évidemment la Malinoise à recommencer avec plus d'ardeur à la prochaine confrontation. Au moins, en éloignant les chiens, la jeune femelle s'épargnait des soucis.

Désormais attachée à un poteau, très court et le museau enlacé par une muselière en plastique, la Bergère s'était allongée pour attendre résolument sa maîtresse. Au moins, elle était patiente, ne dérangeant jamais ni ne pleurnichant pour attirer l'attention de la bavarde qui pouvait rester au moins une longue heure dans un café à prendre son petit déjeuner ou répandre la bonne parole. Comme elle venait d'ailleurs d'entrer dans un bar, Orage s'était résolument allongée près de son poteau, posant sa tête entre ses pattes.

Soudain, l'animal vit n canidé passer non loin de sa personne, pénétrant dans ce cercle invisible de sûreté qu'elle s'était construit au fur et à mesure. C'était non seulement une femelle mais surtout un grand gabarit. Acculée, le museau enfermé dans sa muselière, la chienne sans défense sentit la panique et la colère grimper en elle. Les pupilles dilatées, Orage se mit à aboyer férocement pour faire fuir l'étrangère, sa queue se balançant nerveusement comme pour s'excuser en même temps qu'elle "agressait" l'inconnue. "Je ne peux rien y faire, pardon, je ne peux pas fuir, il ne me reste que ça". Le corps parcourut de milliers de fourmillement, la Malinoise retroussa le museau, crocs immaculés longs et tranchants dévoilés mais inutiles, enfermés dans une cage en plastique devenue obsédante.

Dans sa folie passagère, alternant entre gémissements d'impuissance et grognements de colère, Orage n'avait vu ni la plaque de la Policière, ni une attitude probablement neutre. Elle était devenue aveugle, simplement plongée dans sa peur de chienne citadine très mal socialisée.


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Milice
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2
~~~~~AGILITÉ5
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Xyria
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Lun 22 Fév - 22:50

    En arrivant près d'un café de la rue marchande, Xyria croisa une autre chienne de type bergère, comme elle. Plus fine et moins baraquée, cela-dit... la policière n'était pas forte de nature, mais quand on suivait l'entrainement de la police canine, il fallait être capable de suivre le rythme... on semblait pourtant lui avoir accolée l'étiquette de "chien méchant". Attachée très court à un poteau, au point que la pauvre bête avait à-peine la place pour s'allonger, son museau était fermé par une muselière en plastique qui devait même lui donner des difficultés à parler. Les gents voyaient cette laisse et cette muselière comme des avertissements. Les passant lui jetaient des regard inquiets ou mauvais et changeaient se trottoirs. Pas bien utile, dans le fond : dans son état, elle ne pourrait même pas gober une mouche.

    Comme à chaque fois qu'elle voyait animal attaché de la sorte, la chienne se dit :
    *Oh, la pauvre.*, d'autant plus qu'elle n'avait pas oublié que dès son arrivée dans la ville, une grosse dame issus de la haute bourgeoisie, ou voulant s'en donner l'air, et affublée de sa saucisse sur pattes de chihuahua, avait voulu lui faire mettre aussi une muselière, craignant qu'elle ne veuille manger son "petit Bijou adoré". Par chance, elle avait eu un dresseur, puis une maîtresse, compréhensifs et qui savaient ce qu'elle valait. Ils n'avaient pas suivi sa demande. Mais en passant près d'elle, elle n'eut même pas le temps de lui faire un sourire compatissant et un signe du museau qu'elle se mit à l'agresser à coup de grognements et d'aboiements.

    Oh, elle comprenait mieux, maintenant, pourquoi elle était attachée ainsi : c'était le genre de chien qui n'aimait pas les autres... ou alors, sans ne pas les aimer, elle les craignait, en tout-cas. Et sa réaction était de se montrer menaçante envers elle, lui aboyant après. C'était triste que son instinct la pousse à être ainsi... elle ne lui en voulait pas, dans le fond. Ma queue droite, le regard neutre, pas le moins du monde hostile, elle lui passa devant en lui disant simplement :


    -Allons, du calme, je ne suis pas ton ennemie. Tu sais, si tu veux qu'on t’enlève cette chose, tu devrais essayer d'apprendre à te contrôler.

    Non, ce n'était pas facile, mais pas impossible non-plus. Elle venait d'un chenil où il y avait beaucoup, beaucoup de chiens, et certains avaient la même crainte naturelle que celle-ci. Les maîtres les dressaient pour leur apprendre à cohabiter.

    Bon, en tout-cas, elle ne serait pas celle qui allait la provoquer. Elle ne voulait pas que sa maîtresse la retrouve en apprenant qu'elle s'était battue avec une autre chienne énervée par sa présence, ce serait vraiment la honte ! Alors elle préféra s'éloigner, simplement, espérant que la chienne se calmerait d'elle-même. Les humains qui passaient ou qui étaient dans le café, cela-dit, regardaient Orage d'un mauvais œil, et certains marmonnaient :


    -Sale bête !
    -Ce chien est dangereux ! Il devrait rester enfermé.
    -Pour ce genre de bête, y a que la piqûre, qui marche...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Lun 29 Fév - 17:55

La réaction des passants ne faisait qu'exacerber la colère d'Orage qui mordait l'air en leur direction, menaçante. Toutes ces auras négatives divaguant autour de sa personne ne l'aidaient pas à se calmer. Néanmoins, les plus observateurs ne s'y tromperaient pas. La queue entre les pattes, ramassée, la chienne ressemblait d'avantage à un chiot effrayé qu'à un monstre. Lorsque la Policière passa devant elle, la Malinoise ne redoubla pas de rage d'ailleurs, contrairement à ce que l'on pourrait croire. La tête redressée de force par la corde trop courte, à demi-assise, ses pattes avant tendues à l'extrême, elle essaya de se rejeter en arrière pour fuir. Malheureusement, ou heureusement selon le point de vue, la laisse était solidement attachée, et tout ce que parvint à faire Orage, ce fut activer le collier étrangleur qui la laissa pantelante, retomber sur le trottoir.

Evelyne sortit sous les regards noirs des passants. Rendue nerveuse, elle décrocha le mousqueton de la laisse pour la dérouler et la remettre à la Malinoise. Seulement, cette dernière sentant la pression s'adoucir en profita pour faire un bond en avant. A nouveau, le collier étrangleur lui serra le cou, seulement, le doigt de sa maîtresse coincé dans l'anneau dans une vaine tentative pour la retenir ne faisait pas le poids. D'une nouvelle traction, Orage parvint à s'arracher à la prise de la quadragénaire. Sans attendre une seule seconde de plus, elle sauta en avant pour s'enfuir. Les appels d'Evelyne la poussaient à accélérer d'avantage, l'arrière-train ramassé. Cette fois, elle ne reviendrait plus. La femme avait tenté de l'apprivoiser, avec des caresses et de la bonne nourriture. Orage en avait conçu une certaine affection pour elle, d'où le fait qu'elle ne l'ait jamais mordu. Néanmoins, le collier étrangleur, ses manies, ne pas la sortir ou presque, oublier de la nourrir parfois avaient distendu la relation déjà fragile. La Malinoise folle de ce trop plein d'énergie non dépensé et de sa socialisation décidément pas à jour filait droit devant elle, titubant parfois quand elle lançait son antérieur droit ou gauche à l'assaut, contre la muselière ceignant su museau.

Le machin en plastique presque défait, lorsqu'elle comprit qu'il lui suffisait de passer sa patte par-dessus ses oreilles, Orage aperçut soudain la femelle qui lui avait parlé tout à l'heure. A nouveau son poil se gonfla et un grognement naquit au fond de sa gorge. Pour autant, avec l'option de fuir si son aînée l'attaquait, presque débarrassée de sa muselière et sans laisse pour l'étrangler, la chienne se sentait moins hargneuse. Elle se souvint des paroles de la policière, faisant enfin appel à sa conscience. Doucement, de lui-même, l'animal se calma, achevant son dernier grognement d'avertissement en un léger gémissement, ressemblant à une porte qui grince. S'allongeant sur le bitume, désormais indifférente au peu de gens qui passaient par là, la Malinoise se défit totalement de la muselière, posant sa tête entre ses pattes. Des inconnus la félicitèrent d'être une aussi gentille chienne attendant son maître ou sa maîtresse mais cette dernière ne se laissait approcher par personne, se contentant d'un petit écart avant de se recoucher plus loin, ses eux de miel toujours rivés sur la silhouette de la Bergère Allemande.

- Bonjour.

Tenta-t-elle, encore inquiète mais persévérante et surtout fascinée.

- J'veux plus aller avec elle, toi qui est policière, tu sais comment on fait ?

Demanda la chienne dans ses petits souliers, loin de ressembler à la fausse petite dure de d'habitude. Sans Evelyne, il était clair qu'Orage était moins stressée, méfiante mais plus avenante et certainement pas dangereuse.

- Je m'appelle Orage. Et toi ?

Comme le jeune animal qu'elle était face à une aînée, sa queue remua doucement de droite à gauche. L'inconnue était une femelle, elle aurait en d'autres temps essayé de la dominer. Néanmoins, il y avait des animaux que leur charisme rendait intouchable, et puis, elle se sentait seul.


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Milice
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2
~~~~~AGILITÉ5
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Xyria
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Lun 29 Fév - 22:34

    *Crétins...*, songea Xyria dans sa tête en s'éloignant de la pauvre chienne attachée. Elle avait beau aimer les humains... enfin particulièrement sa maîtresse, qu'elle ne considérait d'ailleurs pas du-tout comme ce qu'elle avait pensé... et travailler pour eux, pour les protéger, ce n'était pas pour autant qu'elle les respectait tous. A ses yeux, beaucoup d'humains n'étaient que des crétins paranoïaques, surtout les criminels qu'elle poursuivait, ou pire : ceux qui abandonnaient les chiens. C'était à-cause des humains de ce genre que les chiens étaient mal-vus par certains, et qu'on voulait les museler, les attacher, et les piquer à la moindre dents montrée, sans même chercher à comprendre pourquoi le chien pouvait bien grogner. Les hommes ne cherchaient pas à comprendre : "tu montres les dents ? Tu es dangereux, un danger pour l'humanité, et il faut te tuer, un point c'est tout". Pfff... et les humains qui battaient les animaux ? Ou pire : qui se battaient entre-eux ? Qui se montraient violents ? Qui tuaient, ou même pire encore ? On ne les abattait pas, eux, on se contentait de les emprisonner. Mais ce monde appartenait aux humains, hélas, pas aux animaux, et ils avaient plus de droits qu'eux. Xyria plaignait un peu cette pauvre chienne attachée, rendue sans-doute craintive par elle ne savait quel événement dans sa jeunesse... mais elle supposait que rapidement, son humaine viendrait la chercher, et après une remontrance, elle la ramènerait chez elles. Au moins, les maîtres et les maîtresses aimaient et protégeaient leurs chiens... enfin, généralement.

    Elle avait cela-dit à-peine tourné sur le coin de la rue que la chienne policière entendit des bruits de pattes derrière elle. Elle se retourna et vit cette autre chienne lui foncer dessus. Sa muselière était à-moitié arrachée, et elle semblait toujours plongée dans un état de stress avancé. Xyria crut déceler un grognement... et zut ! S'était-elle détachée pour la poursuivre et se battre contre elle ? Elle aurait préféré ne pas avoir à se battre pour sa première sortie en solitaire, mais elle ne se laisserait pas faire par une chienne visiblement trop craintive pour être capable de se calmer. Elle se mit en position défensive, comme on le lui avait appris, pas menaçante, mais prête à se défendre et, après l'avoir fatiguée, plaquer la chienne au sol, sous ses pattes, et la dominer jusqu'à se qu'on vienne la récupérer. Mais finalement, l'animal s'arrêta seule, se débarrassa de cet accessoire gênant, s'allongea et fit une demande... c'est alors que Xyria comprit qu'elle n'avait pas face à elle une chienne apeurée et folle, mais plus un chiot craintif et perdu dans un monde bien trop vaste pour lui.

    Elle abandonna sa position et s'approcha, méfiante, tout-de-même, prête à réagir en-cas de coup de dents intempestif, et ignorant les humains autour d'eux. Elle arriva devant Orage, et elle lui répondit :


    -Je m'appelle Xyria. Je veux bien t'aider, mais tiens-toi tranquille, d'accord. Déjà, pourquoi veux-tu à ce point quitter ta maîtresse ? Quel est le souci, avec elle ?

    *A part qu'elle t'attache trop serrée et te met une muselière.*, termina Xyria pour elle-même. La raison était évidente, mais elle voulait tout savoir sur Orage et sa propriétaire. C'est qu'elle ne pouvait pas prendre attifement la décision d'aider une chienne domestique à la fuir comme-ça, elle voulait d'abord être certaine que c'était la meilleure chose à faire. En plus, elle devait réfléchir : elle était nouvelle, en ville, elle. Que pouvait-elle faire d'elle ? L'amener à la fourrière en lui disant d'attendre en espérant qu'on l'adopte ? Non, c'était à exclure : les humains qui allaient là-bas préféraient adopter de mignons petits chiots, et si réellement elle se montrait hostile avec les autres chiens, ils n'hésiteraient pas une seconde à l'endormir à tout-jamais...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Sam 5 Mar - 4:09

L'ordre claqua. Étrangement doux mais loin d'être faible. Le corps et l'esprit en paix pour une fois, Orage s'allongea, tout à coup soulagé de ne plus avoir à décider de quoi faire. Comme pour s'occuper, la chienne mâchouillait sa muselière. D'une oreille attentive toutefois, elle écoutait attentivement Xyria, levant de se fait vivement sa truffe lorsque la Policière lui demanda ses raisons pour vouloir abandonner son humaine. Il est vrai que ce n'était pas très commun de voir un animal délaisser son bipède, y compris s'ils étaient maltraités. Pourtant, Orage n'était justement pas battue, et malgré le fait qu'Evelyne oubliait parfois de la nourrir, son intégrité physique était beaucoup mieux préservée que chez John ou dans la rue. Elle se sentait en colère contre elle-même d'être aussi exigeante mais il y avait quelque chose que la chienne ne supportait vraiment plus.

- Je ne saurais pas vraiment le dire. C'est bizarre. Elle est gentille mais... Je sors pas, ça me rend folle. J'essaye de me calmer, de me rappeler de comment c'était dehors et que j' n'ai pas à me plaindre, mais j'arrive pas toujours à me contrôler.

Changeant de flanc, la femelle laissa son regard se perdre dans la foule un instant. D'habitude, elle se fichait de conter son histoire, néanmoins fouiller dans son être intérieur pour en sortir les sentiments était moins habituel. Orage avait l'impression d'être une sale ingrate pleurnichant auprès d'une chienne de loi qui pourrait lui faire la morale après avoir écouté sa plaidoirie. Elle n'était qu'une faible et n'aurait pas mérité d'être sauvé. Au fond, la Malinoise appréciait Evelyne, elle était juste désolée de ne pas réussir à la comprendre.

- Il y a aussi ce stress permanent. Quand elle voit un chien, elle a tellement peur que c'est une supplique pour la défendre. J'essaye de le faire, je me dis qu'elle sait quand il y a un danger. Les maîtres sont ceux qui savent, alors quand elle s'inquiète, je la défends mais elle finit par me punir. Je ne comprends pas. Alors j'me dis que je la fait souffrir, mieux vaudrait qu'elle ne me voit plus...

Finalement, sa colère s'était retournée contre sa propre personne. Orage s'en voulait de ne pas saisir les bipèdes. D'abord John qui la voulait plus agressive, puis Evelyne quémandant le contraire.

- Je crois qu'avant, j'avais pas si peur que ça... Des autres chiens. Tu t'es échappée pour sortir aussi... Ça m'arrive des fois. Si toi aussi on ne te sort pas, comment tu fais pour être aussi tranquille ?

Voilà, c'était confessé.


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Milice
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2
~~~~~AGILITÉ5
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Xyria
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Dim 6 Mar - 23:26

    Xyria s'était assise et écoutait attentivement la malinoise, ne montrant qu'une neutralité amicale et aucune agressivité envers elle. Déjà, cet autre chienne était plus calme que lorsqu'elle était attachée. Le souci de la laisse trop courte et de la maîtresse qui paniquait pour rien... elle comprenait mieux, maintenant. Xyria n'avait jamais eu ce souci. Il fallait dire qu'elle n'était pas une chienne de salon et que ses maîtres avaient toujours été des connaisseurs, dans le comportement animal. Un chien, quand il sentait que son maître avait peur, voulait le protéger, tout du moins les chiens qui aimaient leur maître. Et si en croisant un autre chien, un maître tirait brusquement la laisse du sien, c'était un signe de peur, le chien le prenait alors pour un appel à l'aide et agressait cet autre chien pour le protéger. L'ennui, c'était que la plupart des humains ignoraient cela et prenaient alors l'agression comme une preuve que leur chien était une bête méchante et dangereuse. Le problème ne venait pas toujours que du chien, il venait aussi bien souvent du maître...

    -Je ne me suis pas échappée, voulut-elle préciser, avant de répondre à son problème. Ma maîtresse avait du travail, elle m'a donc laissée sortir parce que je le lui ai demandé. Elle a confiance en moi, elle sait que je vais juste me promener et que je reviendrais. L'ennui, c'est que tout les humains n'ont pas confiance en leurs chiens...

    Et elle savait que la confiance, c'était fragile. Si elle venait à faire quelque-chose de mal, elle savait que sa maîtresse perdrait cette confiance et les choses ne seraient que plus compliquées pour elle. Mais venir en aide à une semblable en difficulté, ce n'était pas quelque-chose de mal, ça...

    Alors Xyria s'allongea à son tour devant Orage, de sorte à se qu'elles soient à la même hauteur. Elle ne la dominait pas, d'égal à égal, elle savait que ça la rassurerait. Et elle lui répondit :


    -Je comprend le problème : sans vouloir te vexer, tu es une chienne craintive qui ne sais pas réagir autrement qu'en grondant quand tu es en état de stress. Quand à ta maîtresse, et bien... elle ne s'y connait tout-simplement absolument pas en matière de chiens. Et je n'apprécie pas tellement ce genre de gadget.

    Elle pointa juste sa griffe sur le collier d'étranglement. Ses dresseur aussi, au Texas, ne croyaient pas en l'utilisation de ce genre de choses, parce que ça faisait que le chien avait peur de vous et il ne pouvait pas y avoir de confiance entre le maître et son chien, ainsi. Hélas, ces objets restaient autorisés à l'utilisation.

    -Si je suis aussi tranquille, c'est parce que j'aime ma maîtresse et je lui fais confiance, et elle m'aime et elle me fait confiance. Je vois que tu aimes ta maîtresse, autrement tu ne chercherais pas à la protéger ainsi lorsqu'elle a peur. Mais vous ne vous faites pas confiance, et elle ne comprend pas ce qu'il se passe quand tu agis violemment. Je pense que l'une comme l'autre, vous avez un travail à faire sur vous-même. Toi, pour commencer, tu dois essayer de calmer tes instincts de bagarreuse et apprendre à analyser la situation avant de t'énerver... comme tout-à-l'heure : je t'ai passé devant sans me montrer hostile le moins du monde. Quand à ton humaine, elle doit apprendre à mieux gérer son animal.

    Enfin, tout cela à la condition qu'Orage veuille retourner auprès d'elle, ce que Xyria allait vérifier tout-de-suite :

    -Soit honnête : tu as vraiment envie de la quitter ? Elle n'est pas parfaite, mais elle pourrait être pire, et elle peut encore s'améliorer. Tu ne veux pas lui donner une dernière chance ? Tout se que nous avons à faire, c'est trouver un moyen de la pousser à en apprendre d'avantage sur les chiens et ainsi apprendre à mieux te gérer. Et pour cela, j'ai peut-être une idée...

    Mais elle ne lui en parla pas tout-de-suite. Elle voulait d'abord avoir la réponse de la chienne.

    -Et si ça ne marche pas, termina-t-elle, si tu n'es pas satisfaite, je tâcherais de t'aider à trouver une nouvelle famille qui te comprendra mieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Lun 4 Avr - 0:53

Les yeux grands ouverts, Orage digérait les 4 vérités qu’on lui énonçait en pleine figure. Elle n’était meme pas vexée, juste surprise. Mal socialisée ? La jeune Malinoise ne savait meme pas que cela existait, ou tout du moins ne se considérait pas atteinte de ce genre de trouble. Joyeuse de nature, la chienne aimait s’amuser avec ses congénères, leur parler, voire leur filer un coup de patte de temps à autre. Était-ce de sa faute si les autres ne savaient pas s’approcher, quant aux humains, ils étaient tout bonnement incompréhensibles, plein de sentiments et d'ordres contradictoires. Heureusement, la bergère le reconnaissait, stipulant même avoir une idée.

- En fait, je crois que c'est moi le problème-Confessa la Malinoise, oreilles basses.- Je n'arrive pas à la comprendre... Et je pense que parce que je fais des choses qu'elle n'aime pas, elle ne me sort pas. Du coup je m'énerve encore plus, ça fait comme des fourmis dans les pattes, des élancements dans le corps. Trop d'énergie, j'explose dans sa niche géante, c'est encore pire. En plus en ce moment, elle a un mâle. Tu crois que ça joue ?

Comment Xyria pouvait-elle être aussi calme dans cet environnement urbain ? Présentement quoique calme, Orage peinait déjà à se contenir, elle devait prendre sur sa personne pour ne pas sursauter au moindre claquement de voiture ou lorsque des hommes passait très près. Et puis il y avait aussi les enfants... Ces petits bouts de bipède plus cruels que les adultes encore qui s'étaient amusés à lui jeter des pierres lors de son séjour dans la rue. Elle les détestait, même si jusque là, elle était parvenue à simplement se cacher derrière sa maîtresse au lieu de se jeter dessus. Lorsque ces derniers s'approchaient, les sachant lents, la chienne trottinait juste un peu plus loin, avant de recommencer devant leur insistance pour l'approcher. Un jour bien sûr, elle serait acculée et mordrait, mais jusqu'à maintenant, face aux hommes, Orage se montrait plus froussarde que méchante, le type de toutou que l'on souhaiterait câliner pour lui faire passer sa terreur, lorsque justement, elle craignait ces dits câlins envahissants. Décidément, les humains ne comprenaient pas les messages hauts et clairs comme une queue entre les pattes ou des oreilles couchées. Il fallait qu'ils viennent jusque dans les jambes d'Evelyne pas assez ferme qui laissait ces intrus s'approcher encore et toujours "pauvre petite, je ne vais pas te faire de mal, je suis gentil moi". Ouais et qu'est-ce qu'elle en savait elle ?

- Elle a été gentille quand même, sans me connaître, elle m'a pris chez elle... Mais j'arrive pas, ça suffit pas. C'est quoi ton idée ? Au fait, merci d'ailleurs, toi aussi t'es drôlement sympa, et désolée pour les aboiements, tu m'as fait peur.

C'est vrai, elle était comme un de ces humains en fin de compte, incapable de lire le langage canin bien qu'elle en connaisse la théorie. Pourquoi ? Serait-elle folle ?

- Comment tu sais tout ça, toi ?

Acheva-t-elle, admirative.


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Milice
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2
~~~~~AGILITÉ5
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Xyria
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Jeu 7 Avr - 22:11

    Un mâle ? Mh... en effet, peut-être que ça pouvait également jouer dans la balance. Il y avait tant de facteurs différents possibles dans une histoire de ce genre. Xyria allait devoir essayer de jouer les fins psychologues pour démêler le fin-mot de toute cette histoire. Mais elle devait d’abord déterminer si le problème venait d'avantage de la chienne ou de sa maîtresse :

    -C'est possible, admit-elle. Et dans ce cas de figure, il est possible que son compagnon, nouveau venu dans votre vie, soit ce qui vous a éloignées l'une de l'autre. Comment est-il, ce mâle ? T'apprécie-t-il ? Est-il gentil avec toi ? Il est possible qu'il ne t'aime pas, qu'il n'aime pas les chiens en général, que ce soit lui qui la pousse à vouloir t’éloigner d'elle.

    C'était déjà arrivé. L'humain n'aimait pas la chienne, il la voyait comme un obstacle et voulait s'en débarrasser pour ne plus avoir de poiles sur le tapis, de bave sur son pantalon ou à avoir à la sortir faire d'autres choses dans la rue. Ce pouvait être lui, ou même elle... :

    -Ou alors, ton humaine, peut-être : est-ce qu'elle te néglige depuis qu'elle est avec lui ?

    Il se pouvait que ce soit la femme qui en ait marre de la chienne et qui veuille s'en débarrasser pour avoir une vie tranquille avec son amoureux. Dans ce cas comme dans l'autre, hélas, Xyria ne pouvait rien faire : comment pourrait-elle convaincre des humains que c'était mal de négliger, voir d'abandonner leur animal ? Hélas, les humains restaient l'espèce qui faisait ce qu'elle voulait, dans ce monde.

    Mais il était aussi possible que le problème ne vienne pas des humains, alors elle pourrait peut-être l'arranger, ça :


    -Et toi, alors, comment te sens-tu, auprès de cet humain ? Es-tu calme, ou plutôt agressive ? Ne serais-tu pas jalouse de sa présence, par hasard ?

    Oui, Xyria était calme, dans cet environnement urbain, empli de voitures, de pollution, de bruits, d'agitation... et pourtant, ce devrait être pire pour elle que pour Orage : elle venait de la campagne. Mais contrairement à sa nouvelle amie, elle se sentait satisfaite, heureuse dans sa vie, elle, si bien qu'elle ne se sentait pas continuellement en danger, ni oppressée. Et à l'école de dressage d'où elle venait, on apprenait tôt à un animal à ne pas sursauter au moindre bruit. Qu'on fasse exploser des pétards près du museau d'Orage une fois par jour durant un an, juste assez éloignés pour ne pas lui abîmer les oreilles, et on verra si elle sursaute toujours à une porte qui claque. Et non, ça n'avait pas été de la torture, mais une autre forme dressage : quand on est dans la police, il peut arriver qu'on entende des coups de feu, voir qu'on soit pris dans une fusillade. Alors il ne fallait pas qu'on sursaute, ni qu'on panique. C'était ainsi qu'on lui avait appris à garder son calme au milieu du bruit. Aujourd'hui, ça lui faisait juste un peu mal aux oreilles, mais ça ne la faisait plus sursauter...

    Orage disait que son humaine était gentille, mais que malgré-tout, elle n'y arrivait pas... mais ça suffisait à Xyria pour comprendre : elle voulait essayer, elle voulait que ça s'arrange. Elle sourit : alors tant-mieux. Elle allait l'y aider. Elle eut un petit rire et lui répondit :


    -Allons, c'est du passé, je ne t'en veux pas. Je sais que ce n'est pas facile pour tous les chiens, même si moi, je n'ai jamais eu de problème avec les humains...

    Sauf pour ceux qui la trouvait effrayante et qui voulaient qu'on la muselle. Pourtant, quand elle n'était pas en service, Xyria était une adorable bête, qui aimait bien qu'on la caresse, et elle, elle n'avait pas peur des enfants.

    -Et même si mon dressage est fait pour protéger les humains, je veux profiter de mon rang de chienne policière pour aider mes semblables.

    Elle voulait savoir comment elle en savait autant. Elle avait une lueur admirative dans le regard qui avait toujours plu à Xyria... elle aimait savoir qu'elle impressionnait les autres.

    Elle lui répondit :


    -Et bien, tu sais, dans un chenil où on dresse les chiens policiers, on apprend pas qu'à se battre et à trouver des odeurs étranges. On nous apprend aussi à comprendre nos humains et à nous faire comprendre d'eux. La bonne entente est la clé pour qu'on forme une bonne équipe pour combattre le crime. Si je devais être comme toi, avoir du mal avec mon humaine, nous ne réussirions aucune affaire, voir pire, nous pourrions nous faire tuer. Alors je sais comprendre quand un chien n'est pas à-l'aise avec son humain, et inversement. Et même si je ne suis pas certaine de pouvoir arranger ça, je peux au moins essayer.

    Elle lui laissa le temps de digérer ce qu'elle lui avait expliqué, puis elle continua :

    -Je vais d'abord te raccompagner auprès de ta maîtresse, puis nous allons convenir toi et moi d'un petit "rendez-vous"...

    Elle lui fit un clin d’œil amical, puis expliqua :

    -Tu vas me dire quand ta maîtresse sort pour te promener, et moi, je vais tâcher de me faire sortir au même moment, et avec elle, cette fois.

    Voilà en quoi savoir communiquer avec son humaine allait leur être utile...

    -Et nous allons faire en sorte de nous croiser. Alors, tu vas faire comme d'habitude : tu vas m'aboyer après et essayer de me sauter dessus. Ta maîtresse va sans-doute te retenir, peut-être même s'excuser auprès de la mienne, et la connaissant, ma maîtresse va voir à quel point la tienne réagit mal. Avec un peu de chance, elle va vouloir lui apprendre à bien s'occuper de toi, et si ça fonctionne comme je le pense, elles vont discuter et mon humaine va lui expliquer ce qui cloche dans sa façon de s'occuper de toi. C'est une détective qui travail avec une canine, après-tout... ton humaine écoutera surement ses conseils.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 142
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe:
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE
~~~~~AGILITÉ
~INTELLIGENCE
~~~~CHARISME

Orage
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Lun 25 Avr - 1:32

Le plan de Xyria était aussi simple que complexe. Attentive, Orage prêtait l'oreille, tiquant de temps à autre lorsqu'elle pensait qu'une partie ne fonctionnerait pas, ou tout du moins serait difficile à mettre en place. Toutefois envieuse d'en finir avec sa situation désagréable et surtout reconnaissante envers la bergère, la jeune chienne se montrait plein d'entrain et de bonnes intentions. A voir si ces derniers éléments suffiraient, sans parler de l'intelligence de la policière.

- Je t'avoue que je ne sais pas pour ma maîtresse. Elle me sort très peu, jamais à la même heure et pas aux mêmes endroits. C'est très rare qu'elle le fasse dans les rues comme aujourd'hui. On évite les chiens.

La dernière promenade au port avait énormément plu à Orage. La femme et la chienne avaient semblait-il, trouvé un terrain d'entente. Le reste de la journée, la Malinoise était restée sage, sans ressentir les habituelles fourmis qui parcouraient vicieusement ses pattes. Non, juste une fatigue saine et des rêves lui remémorant la matinée sportive tandis qu'elle reniflait un peu partout, courrait autour d'Evelyne plus détendue que d'habitude. Malheureusement c'était loin, la quadragénaire avait rencontré un homme depuis, du coup, elle avait oublié ses bonnes résolutions, songeant en plus que le calme de la chienne prouvait une amélioration éclair. Déçue après une replongée directe dans la destruction, la mauvaise entente avec ses pairs, elle avait abandonnée l'idée de la promener dans ce type de grands terrains libres. Avec ce qui s'était produit aujourd'hui, cela étonnerait Orage qu'Evelyne la promène d'avantage par ici. Elle risquait surtout de se prendre une grosse correction suivi d'un confinement à la maison.

- C'est gentil en tout cas de vouloir aider ma maîtresse. Par contre, je crois que pour commencer, il vaudrait mieux commencer par moi. Je sais pas du tout comment faire tout ce que tu as dit... Et je pense pas que je pourrais entrer dans ton école policière, pourtant elle a l'air vraiment cool. Tu sais, j'ai fait partie de la Milice à un époque, mais mon maître était plutôt fan du collier électrique. Au début, je ne savais pas d'où venait la douleur, ensuite, j'ai fini par deviner. Enfin bon je sais que je peux toutefois m'améliorer, si elle voit que je suis meilleure... Peut-être qu'elle me sortira plus, qu'en penses-tu ? Tu penses que c'est surtout ma faute ? Moi oui, mais je sais juste pas comment faire.

Se relevant le plus calmement possible pour ne pas avoir l'air agressive, la chienne lutta ardemment contre son envie de sauter sur un canidé agité qui choisit justement de passer. Provocateur sans être réellement méchant, l'animal avait la queue droite et l'aboiement facile du bout de sa laisse. Ce genre de toutou dont la maîtresse inconsciente et insouciante disait aux autres maîtres qu'il voulait juste jouer, en s'étonnant ensuite que ceux de la meute le refusent à coups de grognements ou morsures.

Orage détourna difficilement les yeux alors que son instinct lui hurlait "danger, attaque !". Elle souffla énergiquement, luttant pour que les poils de son échine s'abaissent.

- C'est comme ça qu'on fait ?

Demanda-t-elle timidement à la policière.


Signature par Neal I love you Merci. Avatar par Orage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Masculin Messages : 23
Duels (victoires / total) :
0 / 1000 / 100


Votre personnage
Groupe: Milice
Stats (ex: 2/5):
Stats (ex: 2/5)Données
~~~PUISSANCE2
~~~~~AGILITÉ5
~INTELLIGENCE4
~~~~CHARISME3

Xyria
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   Lun 25 Avr - 17:13

    Ah zut ! Effectivement, si la maîtresse d'Orage ne la sortait pas à intervalle régulier et qu'il ne lui était pas possible de déterminer à l'avance où elle allait l'amener, il leur serait difficile de mettre en place son idée pour que sa maîtresse apprenne un peu à la sienne à correctement s'occuper de son animal. Xyria se mit à tapoter le sol de ses griffes, réfléchissant... il leur faudrait mettre en place cela, discuter entre elles... peut-être que Xyria pourrait passer dans sa rue à un certain moment, alors qu'Orage insisterait auprès de son humaine pour qu'elle la sorte, définir d'un rendez-vous afin de se croiser. Mais déjà que son plan dépendait de pas-mal de facteurs, ça deviendrait un peu tiré par la queue, là.

    Finalement, la malinoise mit en avant une bonne idée : autant s'occuper d'abord d'elle, elles verraient ensuite pour voir si elles pouvaient améliorer son humaine. Après la réponse d'Orage, Xyria rit un peu et lui dit :


    -Oh, de toute-façon, tu ne risques pas de pouvoir entrer dans mon école de dressage : je viens du Texas, un pays éloigné, je suis arrivée ici par bateau. Et mes anciens maîtres ne dressent que des petits issus de leur propre élevage, avant de les vendre.

    Xyria était désolée si elle avait cru qu'elle voulait la faire entrer dans son école, ce n'était pas où elle avait voulu en venir. Cela-dit, elle lui fit un clin d’œil et continua :

    -Mais ce que j'ai appris, je peux le transmettre. Alors c'est d'accord, on va commencé par toi, je vais tâcher de te montrer comment calmer tes nerfs et avoir un meilleur comportement. Et peut-être que si ça marche, le comportement de ta maîtresse s'arrangera également de lui-même.

    Justement, tel un test pour la malinoise, un chien agité et qui semblait vouloir en découdre passa près d'elles. C'était le genre de situation compliquée : Orage était mauvaise pour se défendre, lui les provoquait sans être méchant, parce qu'il voulait faire le malin. Et la chienne n'était plus attachée, elle pourrait très bien se jeter sur lui et Xyria serait obligée d'intervenir. Mais elle n'eut pas à le faire et elle sourit en la voyant respirer un grand coup pour tenter de contrôler ses nerfs.

    Elle lui fit un sourire très encourageant et lui répondit :


    -Oui, c'est très bien. Respire fort et calmement, laisse passer ta colère. Ce chien là est un abruti, mais il ne peut pas te faire de mal, inutile de l'attaquer. Après, tu aurais eu le droit de te défendre si lui t'avait attaqué. Tu as la possibilité de l'ignorer et de respirer, mais tu peux aussi lui montrer que tu es la plus forte en sans faire de violence. Regarde...

    Xyria se mit à suivre l'humaine et son chien et marcha tout près de lui. Évidemment, elle s'attendait à se qu'il réagisse immédiatement en lui aboyant dessus, et en réponse à cela, elle se contenta de restait droite à côté de lui, la tête haute, les oreilles et la queue droites, et l'air d'une alpha à côté d'un simple chien. Dès qu'elle lui aboya après, elle répondit simplement en le regardant sévèrement et en lui montrant les dents, juste pour lui montrait qu'il ne l'impressionnait pas et qu'elle le mordrait si il allait trop loin. Elle tâchait de lui montrer qu'elle était plus grande, plus forte et plus entraînée que lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la découverte de sa nouvelle ville. (PV Orage)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouvelle ville pour un nouveau départ
» Nouvelle ville, nouveau pédiatre
» Dernière découverte dans le grand sud - Nouvelle Calédonie 2010
» Nouvelle énigme - Hôtel de Ville
» RDC : Découverte de deux charnières à Kinshasa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pawprints :: { Quartiers neutres } :: Rue marchande-
Sauter vers: